Histoires de réussite d'élèves

Histoires d'élèves

Majeure Haute Spécialisation

Les élèves peuvent miser sur leurs points forts et développer leurs centres d'intérêt.

Adrien « Le cours en agriculture m'a ouvert beaucoup de portes pour mon avenir. »

Adrien – futur agriculteur aux horizons élargis

Adrien a toujours voulu se spécialiser en agriculture. Ayant grandi à la ferme de ses parents, il pensait en savoir beaucoup sur ce sujet. Mais il a découvert que l'exploitation d'une ferme comporte bien plus de choses qu'il ne s'imaginait.

Il s'en est rendu compte dès qu'il s'est inscrit à la Majeure Haute Spécialisation en agriculture offerte par son école secondaire.

« J'acquiers de l'expérience tout en étudiant, précise Adrien. Et je rencontre beaucoup de personnes qui pourront m'aider quand viendra le temps de chercher un emploi. »

Adrien passe la moitié de la journée à travailler pour des entreprises locales. Il s'est ainsi familiarisé avec diverses pratiques agricoles et a rencontré des employeurs prospères. Il passe l'autre moitié en classe à suivre des cours adaptés à sa majeure. Par exemple, dans son cours de marketing, Adrien et ses camarades ont eu la tâche de vendre le nouveau produit d'une entreprise locale de semences. Il a fait des recherches poussées, puis a préparé une présentation aux fermiers de la région.

La Majeure Haute Spécialisation ouvre à Adrien des perspectives sur le monde de l'agriculture et le prépare à réussir dans un domaine qu'il aime.


La Majeure Haute Spécialisation met en lumière une future carrière.

Vincent « C'est une expérience réelle dans un monde réel. »

Vincent – artiste en formation

Vincent adore le monde des arts. Il fait du théâtre, chante et rêve d'être animateur à la télévision. C'est pourquoi ses enseignants l'ont encouragé à faire une majeure en arts.

Maintenant, Vincent a l'occasion de côtoyer des gens qui font ce dont il rêve. Il rencontre des personnalités et des membres de la communauté artistique. Il apprend ainsi directement de ces personnes. Des sorties scolaires le conduisent dans les théâtres locaux et les studios de production. Même ses projets de recherche l'amènent à rencontrer des artistes.

«  Nous avons mis en scène une pièce que nous avons conçue et écrite nous-mêmes. C'est vraiment NOTRE pièce! »

Vincent a ainsi découvert de nouvelles possibilités de carrière : « Je me suis rendu compte que je peux créer quelque chose, écrire un scénario, concevoir des décors, monter un projet. Maintenant, je sais que je suis beaucoup plus qu'un bon acteur. »


Plus sûre d'elle grâce au programme élargi d'éducation coopérative.

Michelle «  Je ne savais plus où j'en étais. Mais grâce à la cuisine, je me suis enfin sentie utile. »

Michelle – élève en éducation coopérative

« J'ai passé trois années pénibles », avoue Michelle. Elle avait de mauvaises fréquentations, et elle avait l'impression d'être dans une impasse. Sans compter qu'elle n'avait accumulé que six crédits pour son diplôme d'études secondaires, à un moment où elle aurait dû en avoir 16.

Mais il y avait un cours qu'elle aimait par-dessus tout : la cuisine. Elle y oubliait ses problèmes et laissait libre cours à sa créativité. Son enseignant lui a suggéré de suivre un stage d'éducation coopérative pour se concentrer sur la cuisine et obtenir des crédits.

Le stage a été toute une expérience pour Michelle. Elle a aidé à organiser des banquets, dressé des menus pour des événements importants et décroché un emploi dans un restaurant. On appréciait beaucoup son travail, ce qui lui a donné confiance en elle.

Pour la première fois, Michelle avait l'impression de faire quelque chose d'utile et de créatif.

« Par la cuisine, je me suis rendu compte qu'une foule de choses m'intéressent, explique Michelle. J'ai maintenant de nouveaux amis et ma mère est fière de moi. »

Grâce à cette expérience en éducation coopérative, Michelle est plus sûre d'elle et réussit mieux dans tous ses cours. Avec l'appui de son école, elle est revenue sur la bonne voie. Après qu'elle aura obtenu son diplôme d'études secondaires, elle veut étudier l'art culinaire au collège.


Nouveaux cours dans les écoles de langue française

Plus de choix avec les cours en ligne et de nouveaux cours.

Geneviève «  J'ai absolument besoin de ce crédit pour obtenir mon diplôme cette année et pour entrer à l'université. »

Geneviève – professeure en herbe

Geneviève veut devenir professeure de français. Mais quand elle s'est inscrite dans une nouvelle école pour faire sa 12e année, elle n'a pas trouvé le cours dont elle avait besoin.

Heureusement, sa conseillère en orientation l'a aidée. « Nous essayons d'élargir l'éventail des possibilités offertes aux jeunes, afin qu'ils trouvent des cours qui les intéressent », déclare Cairin Nelson.

Geneviève s'est donc inscrite à un atelier d'écriture en ligne. « Je suis normalement ce cours à la maison. C'est plus facile et plus calme. » Elle fait ses devoirs sur son ordinateur et les envoie par courriel à son enseignant. Autre avantage, elle peut travailler à son propre rythme.

«  J'ai un horaire plus souple… il n'y a pas de dates limites à respecter, précise Geneviève. Si quelque chose arrive, ce n'est pas un drame. »

Quels sont les autres avantages pour elle? « J'aime faire ce cours parce que je n'ai à comparer ni mes notes, ni mes devoirs, ni mes exercices à ceux des autres. »

Et Geneviève obtient de bons résultats. Suivre un cours en ligne dans une matière qui l'intéresse l'aide à obtenir de bonnes notes, ce qui accroît ses chances d'entrer à l'université.


Programme à double reconnaissance de crédit

La double reconnaissance de crédit permet aux élèves d'« essayer » des cours de niveau collégial tout en terminant leurs études secondaires.

Chris « Je vais au collège et je finis en même temps mes études secondaires. »

Chris – élève sur le chemin de la réussite

Chris n'a jamais aimé l'école secondaire. « J'étais un peu fainéant, précise-t-il. Je ne faisais pas mes devoirs et je ne me présentais pas aux examens. »

C'était avant qu'il découvre un programme spécial lui permettant d'acquérir des crédits du secondaire tout en étudiant dans un collège de sa localité. Le matin, Chris suit un programme de construction-fabrication au collège. L'après-midi, il suit des cours d'anglais et de sociologie avec un enseignant du secondaire pour acquérir des crédits.

Dans le cadre de ce programme, les crédits acquis comptent pour le secondaire et pour des cours préparatoires au collège. Ces derniers représentent un atout pour Chris lorsqu’il prépare ses demandes d'admission.

Ses parents sont fiers du changement qu'ils ont pu constater chez leur fils. Selon Chris, ils étaient très contents lorsqu'il leur a annoncé qu'il allait au collège et finissait ses études secondaires. « Ils sont très heureux », affirme-t-il, d'autant plus que ses notes sont bien meilleures.

Pour Chris, le collège est très différent de l'école secondaire. « On y trouve beaucoup de respect et de liberté. » « J'ai l'impression que mon avenir est là, juste devant moi. Le programme m'aide à l'attraper des deux mains. C'est très motivant. »

Les projets de Chris: obtenir son diplôme d'études secondaires et retourner au collège pour suivre une formation dans un métier spécialisé.