la Majeure Haute Spécialisation

B4. Évaluation

B4.1 Évaluation du programme

Les programmes de la Majeure Haute Spécialisation sont conçus pour que les élèves acquièrent des connaissances et développent des compétences essentielles et habitudes de travail qui sont reconnues dans les principaux secteurs de l’économie et qui favoriseront leur succès en milieu de travail ou aux études, que ce soit au collège, à l’université ou dans le cadre d’une formation en apprentissage de leur choix. Afin de remplir ce mandat, il est nécessaire d’évaluer et de réviser les programmes sur une base régulière.

L’évaluation en question consiste à recueillir et à analyser une variété de données :

  • des données quantitatives tirées du système de gestion des apprentissages et
  • des données qualitatives obtenues par l’entremise de sondages auprès des élèves, des membres du personnel de l’école, des parents et des partenaires des institutions d’enseignement postsecondaires, des conseils sectoriels et des partenaires de la communauté. Par exemple, l’analyse de données recueillies sur l’attitude des élèves, leur vécu et leurs opinions peut donner une bonne idée de l’impact de la majeure sur le niveau d’engagement des élèves.

En analysant les résultats de sondages menés auprès des élèves, des parents, des partenaires et des membres du personnel ainsi que des données d’information provenant de rapports ministériels ou d’évaluations externes, les écoles peuvent évaluer leurs programmes et identifier les ressources dont elles ont besoin pour les améliorer et en assurer la durabilité. Surveiller l’accumulation de crédits, le nombre d’inscriptions et la rétention de l’effectif permet aussi de déterminer si la majeure a un effet positif sur le taux d’obtention du diplôme d’études secondaires et sur le niveau d’engagement des élèves dans leurs études.

Il convient de souligner qu’il faut, aux fins de cette analyse, considérer positivement tant la décision de l’élève qui choisit de ne pas poursuivre une majeure que celle de l’élève qui poursuit le programme, ces deux décisions reflétant des décisions éclairées.

Chaque année, il est important que les membres de l’équipe-école appuyés des membres du conseil scolaire ciblent les indicateurs qui leur permettront de mesurer et de surveiller le succès d’une Majeure Haute Spécialisation. Voici une série d’indicateurs pouvant servir aux fins de cette évaluation :

  • le taux d’obtention de crédits des élèves inscrits au programme;
  • le pourcentage d’élèves qui obtiennent un diplôme d’études secondaires portant le sceau de la majeure;
  • le nombre et la diversité des activités proposées pour ce qui est de l’apprentissage par l’expérience et de l’exploration de carrière ainsi que des expériences d’anticipation;
  • le niveau d’engagement des élèves dans leurs études tel que peut le révéler le taux d’absences, de retards ou les observations du personnel enseignant;
  • le nombre de stages d’éducation coopérative et de placements s’y rattachant;
  • le degré de satisfaction des partenaires communautaires des élèves et des parents appuyant le programme;
  • le taux de rétention des élèves dans le programme de la majeure;
  • les réponses des élèves, des parents, du personnel enseignant et des employeurs à des sondages;
  • le taux d’obtention du sceau de la majeure dans une école comparé aux taux d’obtention dans d’autres écoles de la province;
  • un sondage auprès des élèves quelques mois après la fin de leurs études;
  • la reconnaissance de la valeur de la majeure par les intervenants, les élèves et les parents;
  • le nombre d’inscriptions au programme de la majeure, incluant le nombre d’élèves ayant un plan d’enseignement individualisé et le nombre d’élèves suivant le programme d’actualisation linguistique (ALF) ou le programme d’appui aux nouveaux arrivants (PANA);
  • le nombre d’inscriptions d’élèves par itinéraire d’études dans chaque secteur;
  • le nombre de partenariats établis au sein de la communauté et avec le secteur économique;
  • le nombre de partenariats établis avec les centres de formation, les collèges francophones et les universités bilingues;
  • le nombre de partenariats établis avec d’autres conseils scolaires de langue française;
  • l’impact du programme sur les admissions dans les collèges francophones et les universités bilingues;
  • le degré de satisfaction des élèves diplômés à l’égard du programme.

Les conseils scolaires et les écoles font état des activités reliées à l’évaluation de leurs programmes dans leur plan d’amélioration ainsi que dans leur plan d’action de la majeure. Une évaluation continue de la conception du programme devrait les aider à déterminer des moyens d’améliorer ce dernier, voire de l’adapter pour refléter l’évolution du secteur économique. Évaluer de façon régulière les données et les tendances du marché du travail est aussi nécessaire pour assurer que les programmes de la majeure demeurent pertinents pour les élèves et les collectivités dans lesquelles ils sont offerts. Les intervenants qui participent au programme de la majeure devraient être consultés lors du processus d’évaluation.