Exprime-toi

La voix des élèves

Les réalisations de chaque Conseil

Conseil consultatif ministériel des élèves de 2017-2018

En août 2017, le conseil a rencontré la ministre Mitzie Hunter et lui a présenté un poème illustrant la diversité des élèves de l’Ontario, leurs origines et leurs expériences communes au sein des écoles.

Lire le poème bilingue (en anglais et en français).

We are from a place called home.

We are from a place called home.
Where soft, green fields of corn roll away to tired little towns, and rivers splash over mossy tractor wheels, left there long ago.
We are from a land of golden opportunity.
Where skyscrapers tower over you and crystal clear waterfalls flow freely.
Nous sommes d’un petit village où on connaît tout le monde et où on tient nos jeunes à cœur.
We are from a maple syrup festival.
A small town where the locals meet at the drive-in, where a single tower has risen above the old, war-time homes.
We are from a place where people can be seen skating down the canal in the middle of the city. Where streets are filled with colourful language and libraries are overflowing with withering books.
We are from a place called home, whose car engines roar like lions on the prowl. Where laughter, the scent of kettle corn and fresh flowers brighten each passing day.
We are from a community where food fills the bellies and music fills the schools. A community whose youth want to make a change. A community that welcomes diversity and heritage with open arms.
Nous sommes d’un endroit où l’art fleurit des âmes des élèves. Un endroit qui est l’essence même de l’esprit canadien, où on peut célébrer le ramadan et la fête du Canada.
We are from a place where the Great lakes touch, where the stars are invisible and the suburban environment meets urban. We are from a place where the wait time on the bridge takes hours, where very few live and where wildlife is prominent.
We are from a place of knowledge and acceptance. A place we want to be a part of. A place where we live freely, and we are close to nature. We are from a place where corn is celebrated and a place that shares the stories of Canada each evening.
We are from a town with a sculpture of a musky, a small town hidden in a valley, from a place that is falling apart, from a place where many people roam the streets alone. We are from a place where BBQs are prevalent.
We are from a home where two mixed backgrounds create a symphony of flavours and spice. Where jalebis swirl in the streets, where we eat mooncakes with green tea and pick raspberries from the patch in the backyard. We are from a home where the authentic Arabic language sounds like poem verses.
We are from steak and potatoes, Finn pancakes and bannock, fresh dumplings and sticky rice. We are from a place where fried food smells float through the air and notes of music dance in the breeze.
Nous sommes d’une demeure de joyeuses raclettes en famille, de shawarma, de spaghetti et de Poutine avec le fromage de St-Albert.
We are from a history of Italian and Greek, Pow-wows on sacred mountains and home grown veggies and locally raised beef. We are from a history of watching football games together, attending fall fairs in our community, Italian dances on Saturdays and church on Sunday mornings.
We are from food with spices that entertain your tongue, from the smell of Turkish coffee and fresh dough baking and from sushi and shawarma alike.  We are from Indian taco nights, pierogis and Grandma’s favorite stuffing.
We are from the call of prayer that fills the skies five times a day. We are from a mixture of English, French and Tibetan. We are from a place of happiness mixed with anxiety where you can hide in the dark or shine in the light.
Nous sommes d’une communauté fière qui célèbre sa diversité. Une communauté qui permet aux religions de se marier, aux cultures de se toucher et aux citoyens de s’aimer.
We are from a school where the attendance is small but the passion is great. Where there is a fight for the always meager budget and there is sometimes bullying and a lot of drama.
We are from a school where there are teacher-student volleyball games, a trip to New York and a painted Sturgeon Falls mural. We are a school that has moments of laughter, sorrow, tears and who usesthe LGBTQ terms. We are from a school whose body is covered by a grey coat but that only masks the colour that lies within.
We are from a school of minorities, discrimination and cliques. A school with a very first graduating class. A school that is still learning about the students within.
Nous sommes d’une école qui est isolée de sa patrie, isolée de sa culture et de son histoire. Une école avec des moments d’inclusion et d’exclusion, de diversité et d’inégalité.
We are from a school of sports championships, academic awards and special leaders that are yet to learn that not every family is economically privileged. We are from a school where there is cyber bullying and bad behaviour, where students are trying to find out who they are and where they want to be.
We are from a school where I am the cool kid that everyone comes to see, where I learn about my learning disability and self-advocacy and the use of technology.
We are from a school that is a sea of uniforms where acceptance, inclusion and a warm welcome greet us every day. A place whose academic-driven climate will produce tomorrow’s leaders.
We are from a place where each voice is respected and has a chance to be heard loud and clear.  We are from a place where students are looking to make a positive change, to raise our voices and speak up.
We are from a place we call our own. We are from a place called home.

Lire le poème en français.

Nous sommes d’un endroit que nous appelons notre foyer.

Nous sommes d’un endroit que nous appelons notre foyer.
Où des champs de maïs légers et verts ondulent jusqu’à de petits villages tranquilles, et où des rivières éclaboussent des roues de tracteur couvertes de mousse, depuis longtemps abandonnées.
Nous sommes d’une terre où les occasions sont en or.
Où les gratte-ciel dominent et où des chutes d’eau cristallines s’écoulent librement.
Nous sommes d’un petit village où on connaît tout le monde et où on tient nos jeunes à cœur.
Nous sommes d’un endroit où se déroule un festival du sirop d’érable.
D’une petite ville où les habitants se rencontrent au cinéparc, où une tour unique s’est élevée au-dessus des vieilles maisons datant de l’époque de la guerre.
Nous sommes d’un endroit où les gens peuvent patiner sur le canal au milieu de la ville. Où les rues sont remplies de langages colorés et où les bibliothèques débordent d’ouvrages fanés.
Nous sommes d’un endroit que nous appelons notre foyer, où les moteurs des voitures rugissent comme des lions. Où les rires, l’odeur du maïs soufflé et les fleurs fraîches ensoleillent chaque journée.
Nous sommes d’une communauté où la nourriture remplit les estomacs et où la musique remplit les écoles. Une communauté où les jeunes veulent faire bouger les choses. Une communauté qui accueille la diversité et la tradition à bras ouverts.
Nous sommes d’un endroit où l’art fleurit des âmes des élèves. Un endroit qui est l’essence même de l’esprit canadien, où on peut célébrer le ramadan et la fête du Canada.
Nous sommes d’un endroit où les Grands Lacs se touchent, où les étoiles sont invisibles et où l’environnement de la banlieue rencontre l’environnement urbain. Nous sommes d’un endroit où l’attente sur le pont dure plusieurs heures, où très peu de personnes vivent et où la faune domine. 
Nous sommes d’un endroit de savoir et de tolérance. Un endroit dont nous voulons faire partie. Un endroit où nous vivons librement et où nous sommes proches de la nature. Nous sommes d’un endroit où le maïs est à l’honneur et d’un endroit qui raconte chaque soir les histoires du Canada.
Nous sommes d’une ville abritant la sculpture d’un maskinongé, d’une petite ville cachée dans une vallée, d’un endroit en plein effondrement, d’un endroit où beaucoup de gens errent seuls dans les rues. Nous sommes d’un endroit où les barbecues sont partout.  
Nous sommes d’une demeure où deux milieux différents créent une symphonie de saveurs et d’épices. Où les zlabias dansent dans les rues, où nous mangeons des gâteaux de lune avec du thé vert et où nous cueillons des framboises dans notre cour. Nous sommes d’une demeure où l’authentique langue arabe rappelle les vers d’un poème. 
Nous sommes d’un endroit où se mélangent le steak et les pommes de terre, les crêpes finlandaises et la bannique, les boulettes fraîches et le riz collant. Nous sommes d’un endroit où l’odeur des aliments frits flotte dans l’air et où les notes de musique dansent dans la brise. 
Nous sommes d’une demeure de joyeuses raclettes en famille, de shawarma, de spaghetti et de Poutine avec le fromage de St-Albert.
Nous sommes d’un endroit caractérisé par l’histoire italienne et grecque, les pow-wow sur les montagnes sacrées, les légumes du potager et le bœuf produit localement. Nous sommes d’un endroit où on regarde des parties de football ensemble, où on participe à des foires automnales dans notre communauté, où on se rend à des danses italiennes le samedi et où on va à l’église le dimanche matin.
Nous sommes d’un endroit où les aliments épicés nous divertissent la langue, où règne l’odeur du café turc et du pain frais et où se mélangent les sushis et les shawarmas. Nous sommes d’un endroit où on organise des soirées de tacos indiens et où on déguste tant des pierogi que les mets farcis favoris de grand-maman. 
Nous sommes d’un endroit où l’appel à la prière remplit les cieux cinq fois par jour. Où se mélangent l’anglais, le français et le tibétain. Nous sommes d’un endroit où le bonheur côtoie l’angoisse, où on peut se cacher dans la noirceur ou briller dans la lumière.
Nous sommes d’une communauté fière qui célèbre sa diversité. Une communauté qui permet aux religions de se marier, aux cultures de se toucher et aux citoyens de s’aimer.
Nous sommes d’une école où le nombre d’élèves est petit, mais où la passion est grande. Où on lutte pour chaque dollar de notre maigre budget, où il y a parfois de l’intimidation et toutes sortes d’histoires.
Nous sommes d’une école où se déroulent des parties de volleyball entre enseignants et élèves, où on organise un voyage à New York et où se trouve une murale de Sturgeon Falls. Nous sommes d’une école qui vit des moments de rire, de tristesse et de larmes, et qui emploie les termes privilégiés par la communauté LGBTQ. Nous sommes d’une école couverte de gris, mais pleine de couleur.
Nous sommes d’une école de minorités, de discrimination et de cliques. Une école comptant une toute première classe de diplômés. Une école qui en apprend toujours sur ses élèves. 
Nous sommes d’une école qui est isolée de sa patrie, isolée de sa culture et de son histoire. Une école avec des moments d’inclusion et d’exclusion, de diversité et d’inégalité.
Nous sommes d’une école de championnats sportifs, de distinctions académiques et de leaders exceptionnels qui doivent apprendre que toutes les familles ne sont pas favorisées sur le plan économique. Nous sommes d’une école où la cyberintimidation et les mauvais comportements existent, où les élèves cherchent à découvrir qui ils sont et ce qu’ils veulent devenir.
Nous sommes d’une école où je suis l’élève populaire que tout le monde vient voir, où j’apprends au sujet de mon trouble d’apprentissage, de l’autonomie sociale et de l’utilisation de la technologie.
Nous sommes d’une école qui est une mer d’uniformes, où la tolérance, l’intégration et les sourires radieux nous accueillent chaque jour. Un endroit où le climat, axé sur les études, produira les leaders de demain.
Nous sommes d’un endroit où chaque point de vue est respecté et peut être entendu haut et fort. Nous sommes d’un endroit où les élèves cherchent à apporter des changements positifs, à faire entendre leurs voix et à s’exprimer.
Nous sommes d’un endroit qui nous est propre. Nous sommes d’un endroit que nous appelons notre foyer.