Prix du premier ministre pour la tolérance dans les écoles

Lauréats 2012-2013 du Prix du premier ministre pour la tolérance dans les écoles


Cardinal Newman Catholic Secondary School, Stoney Creek
Hamilton-Wentworth Catholic District School Board

La santé mentale, ça compte.

Pour la Cardinal Newman Catholic Secondary School, aider les élèves aux prises avec des problèmes de santé mentale constituait l'un des plus grands défis à relever. L'école a centré ses efforts sur la promotion de la santé mentale et du bien-être des élèves, sur la prévention de l'intimidation et sur l'encouragement du bénévolat chez les élèves. Voici les initiatives par lesquelles l'école a relevé le défi :

  • Le groupe de mentorat par les pairs a fait un travail de conscientisation auprès des élèves sur l'importance de la santé mentale dans le cadre du programme iMATTER de l'école. Les mentors qui avaient suivi une formation ont donné une série de leçons sur la santé mentale aux élèves de 9e année. Le projet s'est élargi et a englobé des activités de classe et à l'échelon de l'école, des concours, des assemblées et une conférence au sommet pour la jeunesse, qui s'est déroulée durant la Semaine de sensibilisation aux maladies mentales. Le groupe a reçu le Prix des champions de la santé mentale de l'Alliance canadienne pour la maladie mentale et la santé mentale.
  • L'école a mis sur pied le club iHELP pour éveiller chez les élèves l'amour du bénévolat. Le club visait à développer le sens de la communauté, à favoriser les comportements inclusifs et à faire connaître et apprécier différents organismes de charité. Les membres du club ont participé à des activités de levée de fonds tous les mois en organisant des marches, des courses et d'autres événements, et ont pu rencontrer des personnes qui ont bénéficié des fonds amassés.
  • Le comité STAND, composé de 14 élèves de différentes années d'études, a organisé des activités de sensibilisation sur l'intimidation – des conférences, des présentations vidéos et des activités qui ont précédé et suivi les réunions – pour encourager toutes les personnes impliquées dans des situations d'intimidation à discuter de stratégies.

Les élèves ont montré qu'ils apprécient le climat positif ainsi créé tout comme le soutien donné par l'école. Selon les sondages annuels menés dans le cadre du programme iMATTER, 92 % des élèves souhaitent que le programme se poursuive. On a remarqué une augmentation importante du nombre d'initiatives de prévention de l'intimidation à l'école et une hausse du taux de participation. Dans une des lettres d'appui, l'un des membres du personnel a salué les initiatives de l'école pour les occasions qu'elles offrent aux élèves de prendre les choses en main et de s'exprimer, et pour la culture sécuritaire et saine qu'elles créent dans l'école. D'ailleurs, la devise de l'école traduit très bien les efforts qui y sont déployés pour cultiver un climat d'accueil : Each Belongs (« Tout le monde a sa place »).


College Heights Secondary School, Guelph
Upper Grand District School Board

Un nouveau sentiment de fierté

L'esprit de corps manquait à College Heights, laissant certains élèves incapables d'être fiers de leur école et de leur propre travail. L'école a abordé ces problèmes en amenant les élèves à devenir actifs, engagés et enthousiastes grâce à des programmes qui les aident à améliorer le milieu scolaire et à mettre leur travail en valeur :

  • Des « équipes vertes » d'élèves ont passé 15 minutes à ramasser les déchets à l'extérieur, les jours qui leur étaient attribués. Des élèves du cours de soudage et du cours sur les éco-industries ont également travaillé à l'aménagement du terrain en y installant des statues et des plates-bandes.
  • L'école s'est efforcée d'inciter un plus grand nombre d'élèves à s'impliquer dans la prévention de l'intimidation. Les élèves plus âgés ont travaillé avec ceux de 9e et de 10e année pour créer et diffuser des stratégies de prévention de l'intimidation. L'alliance gai-hétéro a travaillé avec la direction pour promouvoir la participation de toute l'école à des initiatives de prévention de l'intimidation telles que la journée en rose, lorsque presque tous les membres du personnel et les élèves portaient quelque chose de rose.
  • Le travail des élèves était affiché partout dans l'école, avec des photos et des articles faisant passer des messages positifs.

On constate des améliorations tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'école. Les terrains de l'école sont plus attrayants. Le taux de suspension a chuté considérablement, passant de 296 en 2009-2010 à 141 en 2011-2012. Le taux d'accumulation de crédits a augmenté, passant de 76,3 % en 2009-2010 à 87 % en 2011-2012. Tout le monde a remarqué le changement dans l'ambiance à l'école. Selon le témoignage d'un élève en particulier, il y règne une atmosphère de famille, où les enseignants sont emballés par leur travail, saluent les élèves par leur nom et les aident à se sentir importants et acceptés.


Denis Morris Catholic High School, St. Catharines
Niagara Catholic District School Board

Esprits sains, cœurs ouverts

Le défi que devait constamment relever l'école secondaire catholique Denis Morris était celui de trouver un équilibre entre de nombreux besoins différents. On devait tenir compte de divers troubles d'apprentissage et besoins en santé mentale des élèves, tout en offrant des programmes et un enseignement entièrement accessibles dans un milieu d'apprentissage inclusif et bienveillant. Plusieurs initiatives et événements ont contribué à préciser l'orientation de l'école sur l'équité, l'inclusion et les voies de la réussite des élèves :

  • Une pièce rédigée par des élèves de 12e année, « Breaking Free », a permis d'attirer l'attention sur les problèmes de santé mentale tout en encourageant les élèves à s'entraider. Les écoles nourricières ont été invitées aux représentations, et les membres du public ont reçu des cartes en format de poche portant des numéros de lignes d'urgence et des informations sur les services de soutien communautaire d'urgence pour les adolescents.
  • Le salon de la santé mentale et de la résilience, un événement d'une journée, a présenté les organismes de santé mentale locaux. Les élèves munis de « passeports » visitaient les stands et collectaient des ressources et des friandises, tandis que les parents étaient invités en soirée à une séance d'information et de questions et réponses.
  • L'organisme Professional Catholic Learning Community a fait la promotion des initiatives et soutiens de prévention de l'intimidation et a mis sur pied des événements conçus pour aider les élèves à acquérir des qualités d'empathie, de compréhension et de tolérance. La Société John Howard a offert des séances sur la dépendance, l'estime de soi et les relations saines. L'alliance gai-hétéro a abordé des questions d'équité et d'inclusion par l'intermédiaire d'annonces, de conférences et d'événements. Les organismes Aboriginal Circle et Quest-Project Rewind se sont penchés sur les questions d'efficacité des communications et de la médiation.

Les suspensions ont chuté de façon spectaculaire, le rendement des élèves s'est amélioré, et plusieurs ont suivi une formation donnée par la Société John Howard pour devenir des pairs leaders. L'outil de dépistage de la santé mentale Youth Net a permis d'identifier les élèves à risque et de les orienter vers les organismes de santé mentale dans la collectivité. Traités avec dignité et respect, les élèves se sentent en sécurité, soutenus et habilités à l'école. Ils estiment avoir accès au soutien et aux ressources dont ils ont besoin à l'école et dans la collectivité pour réaliser leur plein potentiel.


Etienne Brule Public School, Sault Ste. Marie
Algoma District School Board

Encourager la bienveillance à l'école

L'Etienne Brule Public School, située en plein centre-ville, éprouvait différents problèmes liés au niveau élevé de pauvreté des familles et à la grande mobilité de la population. Comme les familles déménageaient souvent, il était difficile pour les parents de s'engager dans l'apprentissage de leurs enfants. L'équipe pour la sécurité et la tolérance a donc entrepris des initiatives pour favoriser les comportements positifs et un mode de vie sain :

  • Le projet « Bucketfillers » visait à engager tout le monde à valoriser les comportements positifs observés à l'école. Chaque classe disposait d'un seau pour recueillir les paroles bienveillantes et les gestes attentionnés tant des élèves que des membres du personnel. La récolte était lue tous les jours à l'interphone, et on profitait de l'occasion pour rappeler les comportements attendus et pour donner des suggestions sur la façon de remplir le seau. L'école se réunissait tous les mois pour célébrer les comportements positifs.
  • Les cercles de tambour, faisant partie du programme de développement du caractère, ont permis aux élèves d'approfondir leurs connaissances sur la culture et les traditions des Autochtones du Canada.
  • L'école a offert aux élèves des petits déjeuners et des déjeuners chauds et nutritifs cinq jours par semaine. Beaucoup d'élèves peu habitués à une alimentation saine en ont grandement bénéficié. Cette initiative a pu prendre forme grâce à la contribution du Club Rotary de la région, de Community Living Algoma et du casino de Sault Ste. Marie.

Ces initiatives scolaires ont permis aux élèves de profiter d'un milieu chaleureux et accueillant. Il est rarement nécessaire de les réprimander parce qu'ils profèrent des commentaires négatifs sur la race ou la religion des autres. Ils disent qu'ils sont heureux à l'école et qu'ils ressentent l'attention bienveillante qu'on leur donne. L'un des membres du personnel enseignant a décrit dans une des lettres d'appui la façon dont l'école aide les élèves à s'épanouir sur tous les plans pour qu'ils puissent apprendre, grandir et atteindre leur potentiel.


Manor Park Public School, Ottawa
Ottawa-Carleton District School Board

Plusieurs voix, une seule vision

La Manor Park Public School accueillait des élèves venant de milieux variés et peinait à obtenir l'engagement de la communauté scolaire toute entière. Les membres du personnel avaient une perspective différente sur la façon d'instaurer un climat positif à l'école. L'équipe pour la sécurité et la tolérance est parvenue à rassembler la communauté scolaire autour d'un but commun : la santé mentale et le développement du caractère. Voici des initiatives entreprises dans le cadre de ces efforts :

  • Le projet « Mental Health Matters » visait à renforcer le soutien en matière de santé mentale. Le club « Friends Zone » offrait pendant l'heure du déjeuner un espace d'échange où les élèves pouvaient discuter en toute confiance avec un adulte ou un mentor ou simplement se détendre avec leurs camarades.
  • Une routine quotidienne d'arrivée et de départ a permis aux élèves de faire la transition entre l'école et la maison. À leur arrivée à l'école, les élèves, avec l'aide du personnel, se fixaient des objectifs pour la journée et déterminaient s'ils étaient prêts à apprendre. Ils pouvaient aussi participer à un club de petit déjeuner. À la fin des cours, ils faisaient le bilan de leur journée, planifiaient leur retour à la maison et établissaient des objectifs pour le lendemain.
  • L'école a affiché dans les couloirs et les salles de classe une « roue de caractère » illustrant des comportements positifs. Tous les mois, l'école se réunissait pour féliciter les élèves ayant fait preuve de civisme.

Bien des indices ont montré la transformation de la Manor Park Public School en un lieu accueillant et inclusif où les élèves s'épanouissent. L'école a vu une baisse des absences et des cas envoyés à la direction entraînant des mesures disciplinaires ou des suspensions. Un nombre accru de parents font du bénévolat à l'école, et les élèves sont plus nombreux à participer à des clubs et à des activités scolaires. Une des lettres d'appui illustre parfaitement cette évolution : un élève avait fait l'objet d'une suspension en 5e année pour s'être battu, mais entré en 6e année, son expérience a été totalement différente. Un enseignant l'a invité à venir à la « Friends Zone » chaque fois qu'il ressentirait le besoin de parler à quelqu'un ou que sa concentration lui ferait défaut. À la fin de l'année, il faisait partie de plusieurs équipes sportives, il avait pris la parole lors d'une assemblée sur la prévention de l'intimidation et il avait reçu un prix pour son sens de civisme.


St. Michael Catholic High School, Niagara Falls
Niagara Catholic District School Board

Une école, une famille

Avec l'afflux dans la région de nouveaux arrivants et de résidents permanents, la St. Michael Catholic High School a dû composer avec une grande diversité culturelle aux besoins et attentes multiples. Pour aider ses élèves à réussir leur transition dans leur nouvel environnement et à se sentir accueillis, l'école a fait appel aux travailleuses et travailleurs d'établissement et a lancé les initiatives suivantes :

  • L'école a mis sur pied un festival de mets multiculturel pour célébrer le patrimoine culturel des élèves. Les élèves ont porté des vêtements traditionnels et ont servi des mets de leur pays d'origine. On a décoré la salle avec des drapeaux, des cartes et des objets traditionnels.
  • Le groupe « Mustangs Oppose Bullying » (M.O.B.) a organisé tout au long de l'année des événements pour sensibiliser les élèves à l'intimidation.
  • L'école a formé le « Mustang Students About Impacting Decisions », un comité de discussions sur la santé et le bien-être des adolescentes et des adolescents animé par des élèves. Le comité s'est réuni régulièrement pendant l'année scolaire pour discuter de sujets comme la distraction au volant et la conduite en état d'ivresse, le tabagisme et les drogues, et la santé mentale.
  • Ce comité a aussi invité une conférencière à une réunion réservée aux filles pour parler de sujets qui les touchent particulièrement, comme l'estime de soi, l'image corporelle, les relations interpersonnelles et l'intimidation.

La St. Michael Catholic High School a vu des améliorations dans plusieurs domaines. Les élèves sont plus nombreux à s'inscrire à des activités parascolaires, particulièrement le festival de mets multiculturel annuel, auquel plus de 100 élèves et plusieurs partenaires communautaires ont pris part. Les résultats de l'enquête sur la sécurité à l'école de 2011-2012 montrent que les élèves se sentent en sécurité et acceptés dans leur école et qu'ils ne craignent pas de signaler les gestes d'intimidation au personnel. Le témoignage d'une élève illustre bien les progrès réalisés. Elle avait fait l'objet d'actes d'intimidation à son ancienne école et, à ses yeux, la St. Michael Catholic High School est une école où les élèves et le personnel ont de l'égard les uns envers les autres, où les nouveaux arrivants sont bien accueillis et où les idées de chacun sont valorisées. En bref, cette école représente pour elle une « grande famille ».


Peel Alternative School, Brampton et Mississauga
Peel District School Board

Une approche originale pour les élèves

La Peel Alternative School (PAS) avait plusieurs difficultés à surmonter. Comme l'établissement comporte des bâtiments répartis sur un vaste territoire, il est difficile pour l'école de susciter un sentiment d'appartenance et de créer des liens. Beaucoup d'élèves étaient des décrocheurs potentiels, moins enclins à s'engager dans la vie scolaire. L'équipe responsable du climat de l'école s'est donc tournée vers des activités centrées sur les élèves et vers des programmes flexibles et adaptés à leurs besoins. Les initiatives mises en place comprenaient les suivantes :

  • L'école a mis au point une stratégie de prévention et d'intervention en matière d'intimidation pour sensibiliser les élèves et le personnel. Deux membres du personnel ont élaboré un document intitulé The Peel Alternative School Bullying Intervention Week Resource Guide (guide de ressources de la Peel Alternative School pour la Semaine de la sensibilisation à l'intimidation et de la prévention) qu'ils ont distribué dans toute l'école durant la Semaine de la sensibilisation à l'intimidation et de la prévention en novembre 2012. Les élèves ont pris part à des activités variées, notamment à un concours d'affiches sur l'intimidation et à des discussions individuelles et en groupe dont le but était de favoriser la compréhension et la responsabilisation.
  • Les programmes « Fresh Start » du conseil scolaire ont donné la possibilité aux élèves suspendus et renvoyés d'évaluer leur comportement et de réfléchir aux choix qui s'offraient à eux. Ces élèves ont participé à des séances intensives sur les habiletés sociales, les aptitudes à la vie quotidienne, la résolution de conflits et d'autres sujets, des activités conçues pour les aider à poursuivre leur cheminement scolaire et à prendre conscience des gestes qu'ils posent et à en assumer la responsabilité.
  • Les partenaires communautaires ont fourni une aide aux élèves à risque en les mettant en contact avec différents organismes, mentors et services dans leur collectivité, notamment le Peel Public Health, la police de Peel et le YMCA. Ces partenariats ont favorisé l'engagement des élèves dans leur vie scolaire et dans leur milieu, tout en leur permettant d'acquérir de nouvelles habiletés.

La Peel Alternative School a fait des progrès constants dans de nombreux domaines. Le nombre d'élèves ayant obtenu leur diplôme est passé de 371 en 2010-2011 à 440 en 2011-2012. Les résultats du sondage sur le climat scolaire révèlent que 88 % des élèves se sentent en sécurité à l'école et que 82,9 % estiment que le climat scolaire répond à leurs besoins.


St. Joseph Secondary School, Mississauga
Dufferin-Peel Catholic District School Board

Tendre la main à tous les élèves

Comme bon nombre d'écoles dans la région, la St. Joseph Secondary School compte un effectif très hétérogène : 86 % de ses élèves sont originaires d'un autre pays. Cette diversité pose des défis de taille pour l'école, qui a dû trouver des moyens de répondre aux besoins variés des élèves. L'école a donc créé des initiatives visant à susciter un esprit communautaire chez les élèves et à leur ménager un bon accueil :

  • Une alliance gai-hétéro a été formée avec des élèves qui désiraient se réunir dans un espace sécuritaire. Le groupe s'est rencontré toutes les semaines dans une salle qui leur était réservée. Les participants ont fait un travail remarquable pour sensibiliser toute l'école : ils ont créé une vidéo sur l'homophobie et, durant des assemblées scolaires ils ont parlé des difficultés rencontrées par les LGBTQ.
  • L'Alternative Co-operative Experiential Program (ACE) était destiné aux élèves de 12e année qui n'avaient pas accumulé assez de crédits et risquaient de ne pas obtenir leur diplôme. Le personnel scolaire et les partenaires communautaires ont uni leurs efforts pour aider ces élèves à améliorer leur rendement scolaire et à se réengager dans la communauté scolaire.
  • L'école a mis en place des mesures de soutien en santé mentale, notamment des formations données par le psychologue de l'école sur l'anxiété et la dépression ainsi que des soirées et des cercles distincts pour les garçons et les filles. Un groupe d'action pour la santé dirigé par les élèves a organisé des activités axées sur la santé mentale et le bien-être.

Les efforts du personnel scolaire et des élèves ont contribué à l'amélioration du climat à la St. Joseph Secondary School. Les résultats des sondages sur le climat scolaire de 2010-2011 à 2012-2013 montrent que les élèves sont de plus en plus nombreux à voir l'école comme un lieu sûr et accueillant où chacun est traité équitablement. Dans une des lettres d'appui, les parents d'une élève ont fait des commentaires élogieux sur le programme ACE. Selon eux, il a éveillé l'intérêt de leur fille pour l'école et lui a permis de se tracer une nouvelle voie. Ce programme a su totalement transformer la vie de leur fille qui a décidé de poursuivre son éducation et de s'inscrire au collège.


St. Marguerite d'Youville Catholic Secondary School, Brampton
Dufferin-Peel Catholic District School Board

Créer des liens solides entre les élèves

La St. Marguerite d'Youville Catholic Secondary School n'arrivait pas à trouver le temps nécessaire ni ne réussissait à mobiliser assez de membres du personnel pour réaliser les nombreuses activités scolaires, parascolaires et communautaires prévues. L'école désirait également renforcer les liens avec ses partenaires communautaires, notamment les organismes de santé mentale. Elle s'est employée à créer des liens plus forts chez le personnel et les élèves en employant une vaste gamme d'initiatives, dont les suivantes :

  • Le « Link Crew Transition Program » visait à faciliter la transition des élèves de 8e année dans leur nouvelle école. Les élèves plus âgés qui formaient le groupe responsable du programme avaient pour tâche d'aider les nouveaux élèves à s'intégrer et à se sentir à l'aise dans l'école. Avant de commencer leur première année scolaire à la St. Marguerite d'Youville Catholic Secondary School, les élèves de 8e année ont accompagné les élèves de 9e année pendant toute une journée. Le groupe a animé une journée d'orientation en août, avant le début de l'école, et a continué d'accompagner les élèves de 8e année tout au long de l'année en les encourageant à participer à différentes activités.
  • Les élèves de 9e année dont le rendement était faible ont été jumelés avec des élèves de 11e et de 12e année dans le cadre de l'initiative de mentorat par les pairs. Les mentors ont aidé leurs mentorés à planifier et à gérer leur temps pour qu'ils restent sur la bonne voie. Ils ont aussi consulté tout au long de l'année le personnel enseignant de la 9e année ainsi que les conseillers d'orientation de l'école.
  • En réponse aux demandes exprimées dans le sondage sur le climat scolaire, l'école a créé « d'Y Cares ». Ce programme a permis aux membres du personnel de montrer qu'ils se préoccupaient de l'avenir des élèves. Ils ont pu suggérer aux élèves, en faisant des annonces à l'interphone, des façons de réussir à l'école et les soutiens qui leur étaient offerts. Le personnel a également créé des cartes de Noël personnalisées pour les élèves.

La St. Marguerite d'Youville Catholic Secondary School a constaté de nombreuses améliorations, dont la diminution de près de la moitié du nombre de suspensions au cours des trois dernières années et l'augmentation constante du rendement en littératie et en mathématiques. Une autre preuve que les efforts déployés portent leurs fruits : le nombre d'échecs en 9e année a considérablement baissé au cours de la dernière année scolaire. Dans une des lettres d'appui, une élève a exprimé sa reconnaissance envers son mentor. L'aide qu'elle a reçue durant sa première année à la St. Marguerite d'Youville Catholic Secondary School lui a permis d'acquérir les compétences et la confiance nécessaires pour réussir.


St. Theresa Catholic Secondary School, Belleville
Algonquin and Lakeshore Catholic District School Board

Montrer l'exemple

En tant que nouvelle école secondaire, la St. Theresa Catholic Secondary School devait relever un défi de taille : instaurer une communauté scolaire unie pour des élèves et des familles répartis sur un vaste territoire géographique, et devenir un noyau communautaire. Elle y est parvenue grâce aux programmes suivants :

  • L'école a créé le programme « Links to Success » qui, en établissant des liens avec les écoles nourricières a pu faciliter la transition des élèves de la 8e année vers le secondaire. Des élèves de St. Theresa se sont rendus dans les écoles nourricières pour donner des présentations aux élèves de la maternelle à la 8e année sur le développement du caractère et la prévention de l'intimidation. Dans le cadre d'un forum, des élèves agissant comme mentors ont répondu aux questions de leurs pairs de l'élémentaire au sujet du secondaire. Enfin, les élèves de 8e année qui s'intéressaient aux activités sportives ont été invités à passer une journée avec des élèves de 9e année.
  • Durant la Semaine de la sensibilisation à l'intimidation et de la prévention en novembre, les élèves ont participé à plusieurs initiatives, dont une campagne de sensibilisation durant laquelle ils ont porté des t-shirts arborant le slogan « Be The Change ». Ils ont affiché dans l'école des œuvres d'art en trois dimensions dépeignant les effets de l'intimidation et ont organisé une table ronde pour établir un plan visant à mettre un terme à l'intimidation. Grâce à un partenariat avec une autre école, St. Theresa a pu inviter deux conférenciers dynamiques à discuter de l'intimidation et de la cyberintimidation.
  • L'école a pu améliorer la participation des parents grâce à l'initiative des parents partenaires (« Parents as Partners »), qui a pris la forme d'un barbecue réunissant les parents, les élèves et le personnel enseignant lors de la semaine d'accueil. L'école a également invité les parents à accompagner leur enfant de la 10e à la 12e année pendant une journée, et les élèves de 9e année, à accompagner un de leurs parents au travail pendant une journée. Plusieurs soirées d'information ont été organisées, dont une pour les parents d'élèves ayant des besoins particuliers.

Les élèves ont organisé de nombreuses activités pour créer un sentiment de sécurité, d'inclusion et d'acceptation. Comme l'a résumé un élève : « Après tout, ce sont les élèves qui font de l'école un milieu sécuritaire ». Un sondage mené dans l'école en 2012 a révélé que 90 % des élèves savaient qu'ils avaient un pair mentor; ce pourcentage n'atteignait que 20 % en 2010. Le nombre d'inscriptions à l'école s'est accru, de même que la participation aux clubs scolaires. Les équipes comptent plus de membres, et les élèves s'impliquent davantage dans les divers programmes anti-intimidation. Les élèves s'engagent régulièrement dans la communauté, et leurs efforts considérables leur ont valu un prix de bénévolat. Une présence active sur les médias sociaux a permis aux élèves, aux parents et au personnel de rester en contact malgré les grandes distances.


St. Ursula Catholic School, Scarborough
Toronto Catholic District School Board

Suivre la règle d'or

Un profond sens de la communauté et un esprit solidaire sont essentiels à la participation aux activités scolaires. Lorsque la St. Ursula Catholic School voulait accroître la participation et l'engagement des élèves, elle a misé sur ces facteurs et a pu renforcer le sentiment d'appartenance de ses élèves. En leur donnant des rôles clés dans un certain nombre de nouvelles initiatives, l'école a suscité en eux un sentiment de fierté et leur a permis de nouer des liens positifs avec leurs pairs. Parmi ces initiatives, mentionnons les suivantes :

  • Le programme populaire « Tribes Co-operative Community » divisait l'école en 16 tribus représentant toutes les années. En tant que chefs de tribu, les élèves de 8e année ont développé leurs compétences de mentorat et de leadership, et tous les élèves ont contribué au développement des compétences interpersonnelles de chacun sous le signe du respect et de l'acceptation.
  • Le programme « Playground Activity Leaders » a donné l'occasion aux élèves plus âgés d'assumer un rôle de leadership et d'encourager les plus jeunes à participer aux activités de plein air. Les leaders ont développé leurs compétences en résolution de conflits, en autogestion et en résolution de problèmes; les jeunes élèves ont quant à eux développé leur esprit de coopération et leur esprit sportif.
  • Le « Positive Recognition Program » faisait la promotion de la « règle d'or ». Les élèves étaient récompensés de leur bon comportement interpersonnel : ils recevaient un certificat ou étaient félicités lors d'assemblées, ou leur nom était inscrit sur le babillard des comportements exemplaires.
  • Le programme « Me to We » a permis aux jeunes d'aider leur collectivité et d'autres pays au moyen de campagnes de collecte d'aliments, de collectes de fonds et de visites aux résidences pour personnes âgées.

Comme l'affirme un élève : « Ce n'est pas une école ordinaire. » Les nombreux programmes ont créé un milieu où chacun se sent le bienvenu et valorisé. Voici un exemple éloquent : un élève de 8e année ayant des besoins particuliers s'est vu remettre le prix mensuel du courage, sous les acclamations de toute l'assemblée étudiante. La communauté scolaire personnifie désormais la règle d'or avec fierté.


Tecumseh Public School, Chatham
Lambton Kent District School Board

Changer les choses à l'école et ailleurs

Il peut être difficile de maintenir un climat scolaire positif lorsqu'il y a un roulement de personnel continu et lorsque l'école compte des élèves à risque et à besoins élevés. La Tecumseh Public School a réussi à unir sa communauté scolaire grâce à son propre programme pour renforcer l'esprit d'équipe, qui valorise et souligne les comportements positifs. Voici les principales initiatives de l'école :

  • Le « Positive Behaviour Support Program » (programme de comportement positif), mis en œuvre dans toute l'école, encourageait les bons comportements chez les élèves, comme le respect, l'appréciation, la participation, l'écoute attentive et le respect de l'espace personnel. Des capitaines, responsables chacun d'un comportement, se sont associés aux membres du personnel pour diriger des activités interactives sur les comportements positifs et ont animé une journée de leadership, fort réussie, à l'intention des élèves dans d'autres écoles.
  • Dans le cadre du programme « Documenting Our Voice », les élèves ont participé à de nombreuses activités d'information destinées à leur collectivité, au moyen de lettres de remerciement, de félicitations et de vœux. Les élèves en ont tiré un sentiment de respect et d'inclusion.
  • L'équipe chargée de l'équité et de l'inclusion a offert aux élèves la possibilité de s'exprimer sur les règles régissant le terrain de jeu en vue d'en améliorer le fonctionnement. L'équipe a également contribué à la mise en place d'un comptoir à salades tous les mois pour promouvoir des habitudes de vie saines, tout en tenant compte des possibilités d'allergie et des convictions religieuses.

La popularité du programme de comportement positif dans toute l'école a fait boule de neige : moins de suspensions d'élèves et d'envois au bureau de la direction, amélioration de l'assiduité et du rendement des élèves et formation de nouveaux partenariats communautaires, notamment avec le Kiwanis Club et le Club Optimiste. Il règne à l'école une atmosphère d'accueil, d'inclusion et d'acceptation. Mais la Tecumseh Public School tire probablement sa plus grande fierté de ce que de nombreuses écoles, d'aussi loin qu'en Angleterre, cherchent à apprendre de ses programmes fructueux pour inspirer et engager leurs élèves.