Faire la différence... De la recherche à la pratique

Faciliter l’enseignement humaniste

par Blair Niblett, de la Faculté d’éducation et d’apprentissage professionnel de l’Université de Trent.

Monographie de recherche n° 66
Avril 2017

Ce document est disponible en format PDF (280 ko).

Le courant humaniste consiste à donner vie à des idées concernant le pouvoir, l’équité, la démocratie et l’espoir. Quel rapport y a-t-il entre l’humanisme et l’enseignement? Comment le personnel enseignant peut-il mettre à profit ces rapports afin d’appuyer le rendement, l’équité et le bien-être des élèves?

Conseils aux enseignantes et enseignants

  • Concevoir des actions qui établissent des liens, d’une part, avec les attentes du curriculum et, d’autre part, entre les écoles et la collectivité.
  • Forger des partenariats au sein de la collectivité avec des groupes militants dont vous souhaitez appuyer la cause, p. ex., des responsables de banques d’alimentation, refuges, groupes écologistes, réseaux arc-en-ciel, ou encore des animateurs culturels et communautaires.
  • Fournir aux élèves des exemples d’excellence qui peuvent leur servir d’inspiration.

Incorporer la justice sociale et environnementale à la pratique en salle de classe pour promouvoir le rendement, l'équité et le bien-être des élèves

Atteindre l’excellence : Une vision renouvelée de l’éducation en Ontario donne aux écoles de l’Ontario la mission d’aider les apprenantes et apprenants à devenir des « citoyennes et citoyens […] engagés dans leur communauté » (p. 1)1. De plus, ce cadre d’orientation pour les écoles ontariennes consolide à celles-ci les priorités comme l’équité, le bien-être et l’excellence scolaire. Les activités d’apprentissage prévues par ce type d’enseignement, dont par exemple la défense de causes sociopolitiques ou communautaires et la réflexion sur celles-ci, peuvent grandement contribuer à réaliser ces priorités et aider les élèves à devenir des citoyennes et citoyens actifs, capables d’amener le changement social et politique.

L’enseignement humaniste peut se définir comme une pratique de l’enseignement qui propose aux élèves des activités d’apprentissage guidé susceptibles de les aider à prendre conscience de leur capacité d’amener le changement en faveur d’une plus grande justice sociale et environnementale2. Dans le contexte d’un enseignement humaniste, l’apprentissage découle d’activités faisant appel aussi bien au corps qu’à l’esprit, adaptées au niveau de développement des élèves et guidées, ne serait-ce qu’en partie, par les élèves mêmes. La forme que prennent ces activités permet aux élèves comme aux enseignants de voir la démocratie en mouvement3, en ce sens qu’elles les incitent à participer, et parfois à s’opposer, aux structures de notre société, tant à l’échelle locale que mondiale.

L’importance de l’activisme pour les écoles

Ces dix dernières années, les mouvements militants ont souvent fait la manchette, et ce, partout au monde. Les groupes militants comme Black Lives Matter, Occupy, Idle No More et 350.org, visent, respectivement, à dénoncer le racisme, éliminer l’inégalité des revenus, défendre les droits des Autochtones et lutter contre le changement climatique. Ces groupes soulèvent des questions importantes pour la société partout au monde et apportent la preuve que l’action citoyenne est un aspect important de l’histoire humaine contemporaine. Les écoles ontariennes doivent avoir recours à des stratégies adaptées au niveau de développement de leurs élèves pour les aider à confronter ces questions de manière censée, si elles veulent que les élèves acquièrent les compétences et l’attitude nécessaires à une citoyenneté active.

L’un des aspects les plus importants de l’enseignement humaniste est qu’il permet d’ébranler l’apathie sociale qui, selon bien des chercheurs en éducation, caractériserait les écoles modernes2,3,4,5. Le personnel enseignant peut atteindre cet objectif en créant sciemment dans les salles de classe une atmosphère propice à l’enquête militantiste6. À titre d’exemple, une collaboration en cours entre le Toronto District School Board et l’organisation non gouvernementale (ONG) d’innovation sociale TakingITGlobal intègre l’apprentissage professionnel sur la citoyenneté mondiale, la gérance de l’environnement et la voix des élèves7 avec un camp de réflexion de cinq jours pour ces derniers. Durant ce camp, les élèves et les enseignants se penchent sur une variété de questions sociales, écologiques et politiques, expriment et partagent leurs idées s’y rapportant à l’aide des nouveaux médias et élaborent des stratégies pour y faire face grâce aux conseils que leur donnent des spécialistes des domaines en jeu conviés à se joindre à eux à cette occasion8.

Le milieu, les idées et les actions qu’engendrent les enseignants activistes

L’enseignement militant peut être caractérisé comme ayant trois composantes : le milieu, les idées et les actions. Les enseignantes et enseignants humanistes influent sur chacun de ces éléments au moment de décider comment instaurer une solide communauté d’apprentissage dans leur classe. S’il est vrai que ces éléments sont étroitement liés, le milieu occupe une place primordiale parce qu’il sert de base à l’éclosion et à l’interaction des idées et des actions. Malgré la relative indépendance des idées et des gestes,il est préférable de les aborder ensemble, afin de souligner l’importance d’une conception de la pédagogie qui invite les élèves à concrétiser leurs idées et à réfléchir à leurs actions.

Le milieu
Tout apprentissage se situe dans un milieu spécifique et la nature de ce milieu exerce une grande influence sur la qualité de l’apprentissage9,10. Dans ses nombreux ouvrages sur la question, John Dewey attache une valeur prépondérante à l’expérience et voit les enseignants avant tout comme des créateurs de milieux favorisant l’apprentissage des enfants. Cette conception de l’enseignement et de l’apprentissage est essentielle à l’enseignement humaniste. Les enseignantes et enseignants qui maîtrisent ce type d’enseignement proposent à leurs élèves un milieu d’apprentissage sécurisant et inclusif. Certains chercheurs affirment que l’une des façons d’instaurer ce type de milieu d’apprentissage est de concevoir les écoles comme des lieux accueillants où les élèves et le personnel enseignant s’efforcent sans cesse de tenir compte des retombées de leurs paroles et de leurs actions sur les autres au sein de la classe11. Les choix conceptuels qui favorisent l’enseignement humaniste sont aussi bien d’ordre logistique, notamment en ce qui concerne l’agencement des salles de classe (p. ex., la disposition en cercle plutôt qu’en rangées) et les relations entre les enseignants et les élèves (p. ex., la participation des élèves à l’établissement des règles à respecter en classe ou encore la perception des enseignantes et enseignants comme coapprenants et des élèves comme coenseignants)12. La création dans les salles de classe d’un milieu où les élèves se sentent en sécurité, appréciés et autorisés à poser des questions fondamentales est cruciale si l’on veut faire jaillir des idées et des actions pouvant être mises à l’essai, concrétisées et intégrées dans la vie réelle.

Les idées et les actions
Le passage à l’action est indispensable à l’enseignement humaniste 2,13. Les personnes qui pratiquent ce type d’enseignement offrent à leurs élèves des occasions d’agir et de faire face à des enjeux sociaux et écologiques. Elles les invitent par ailleurs à réfléchir sérieusement à ces expériences et à remettre en question toute notion préconçue relative à différents types de militantisme. C’est cette réflexion qui distingue l’enseignement humaniste de l’humanisme proprement dit. S’il est vrai que l’enseignement humaniste pourrait avoir lieu n’importe où, dans les écoles, il permet l’établissement de liens entre les gestes militants et les idées associées aux attentes du curriculum.

Le rôle des enseignants dans la promotion du rendement, de l’équité et du bien-être par l’entremise de l’enseignement humaniste

Vu sa focalisation sur la justice sociale et environnementale, l’enseignement humaniste aide à faire des liens entre les actions des élèves et les idées touchant le pouvoir, l’équité, la démocratie et l’espoir. Les enseignantes et enseignants font bien de faciliter l’apprentissage des élèves au sujet de ces notions cruciales d’une manière adaptée à leur niveau de développement. Les paragraphes qui suivent donnent quelques exemples de conceptions pédagogiques de l’enseignement activiste qui favorisent le rendement, l’équité et le bien-être des élèves.

Promotion du rendement
Tous les programmes-cadres se prêtent à un enseignement humaniste générateur d’actions qui établissent des liens, d’une part, avec les attentes du curriculum et, d’autre part, entre les écoles et la collectivité. Forger des partenariats au sein de la collectivité avec des groupes militants dont vous souhaitez appuyer la cause (p. ex., des responsables de banques d’alimentation, refuges, groupes écologistes, réseaux arc-en-ciel ou encore des animateurs culturels et communautaires) peut fournir aux élèves des exemples d’excellence qui peuvent leur servir d’inspiration. Les initiatives concrètes et réfléchies de militantisme des domaines qui touchent la vie des élèves et de leurs communautés peuvent s’avérer une excellente source de stimulation intellectuelle14.

Exemple aux cycles primaire et moyen
Tous les quinze jours pendant deux mois, les élèves d’une classe de 3e/4e année s’associent aux membres d’une section locale des Raging Grannies pour ramasser des déchets dans les parcs à proximité de leur école.

Les élèves sont par la suite répartis en plusieurs petits groupes, dont chacun aide une dame âgée bénévole à trier et peser les matières recyclables, les matières organiques et les déchets, pour ensuite représenter les résultats de leurs tris et pesées sous forme de graphiques et de pictogrammes. Les élèves discutent de la valeur des parcs comme espaces publics et de l’importance d’en prendre soin afin de minimiser les incidences négatives sur l’environnement. Ensemble, les élèves rédigent une synthèse de leurs discussions, numérisent et affichent leurs graphiques sur le blogue des Raging Grannies et présentent des recommandations au Service des parcs concernant l’importance de l’emplacement des poubelles. (Cette activité établit des liens entre les programmes-cadres d’études sociales, de mathématiques, de traitement des données et probabilité, et de français.)

Promotion de l’équité
La participation des élèves à des actions en faveur de la justice sociale et environnementale adaptées à leur niveau de développement leur permet d’être exposés à des exemples d’iniquité et d’inégalité à l’échelle locale ou mondiale. L’apprentissage qu’offre un enseignement militantisme favorise l’équité, vu qu’il amène les élèves à réfléchir à une variété de pratiques et de points de vue, de même qu’à tenter de concilier leurs divergences d’opinions avec autrui.

Exemple aux cycles moyen et intermédiaire
Les élèves d’une classe de 5e année doivent se rendre dans une école d’une Première Nation voisine pour participer à sa marche annuelle Our Dreams Matter Too (« nos rêves comptent aussi »). Au préalable, les élèves des deux écoles échangent des lettres. Quelques-uns d’entre eux choisissent, comme tâche d’évaluation au choix, de rédiger ensemble des lettres à leur député fédéral l’exhortant à accroître le financement des écoles des Premières Nations. (Cette activité établit des liens entre les programmes-cadres de français et d’études sociales.)

Promotion du bien-être
La participation des élèves à des actions militantes les aide à réfléchir à leur propre bien-être et celui des autres. Elle les amène à se questionner à savoir dans quelle mesure certaines actions favorisent ou au contraire entravent leur bien-être et celui d’autrui. Le personnel enseignant peut attirer leur attention sur le fait que le point de départ des actions militantes est souvent la prise de conscience d’une menace pour le bien-être d’un groupe, dont les membres s’organisent alors pour faire opposition à cette menace. Il serait par ailleurs bon d’encourager les élèves à songer à l’importance de prendre soin de leur propre personne lors de toute participation à une campagne, quelle qu’elle soit. L’enseignement militant ne doit jamais présenter le moindre risque pour les élèves : aidez les élèves à examiner comment et pourquoi les groupes militants compromettent parfois leur sécurité ou même mettent leur vie en danger pour essayer d’amener un changement socio-écologique.

Exemple aux cycles intermédiaire et supérieur
Les élèves de 12e année qui suivent un cours sur les enjeux mondiaux font un jeûne pour essayer de se sensibiliser aux inégalités locales et mondiales en matière d’accès à la nourriture et de mieux en comprendre les causes et les conséquences. Par la suite, les élèves discutent de leur sensation de faim, de l’influence que leur faim a eu sur leur capacité de fonctionner, de la manière dont ils ont rompu leur jeûne pour préserver leur bien-être et du fait que leur jeûne volontaire n’était en rien comparable à la situation d’une personne confrontée à la faim en permanence, vu qu’ils ont le privilège de pouvoir reprendre leurs habitudes alimentaires. (Cette activité établit des liens avec le programme-cadre d’études canadiennes et mondiales et le cours de 12e année.)

Résumé

L’enseignement humaniste stimule l’intelligence des élèves par des tâches d’apprentissage pertinentes en regard de leur vie et de leur communauté. Parallèlement, il aide les élèves à devenir des citoyennes et citoyens actifs qui se sentent capables d’amener un changement positif dans le sens d’une plus grande justice sociale et environnementale. L’enseignement humaniste sert à promouvoir une citoyenneté active et bon nombre de ses pratiques reflètent les principes énoncés dans Atteindre l’excellence : Une vision renouvelée de l’éducation en Ontario. Les exemples fournis dans le présent document se veulent une incitation à collaborer avec les élèves pour mettre à l’essai des stratégies pédagogiques fondées sur les théories et la pratique de l’enseignement humanisme en vue d’améliorer le rendement, l’équité et le bien-être de tous les élèves.

Bibliographie

  1. ONTARIO. Ministère de l’Éducation (2014). Atteindre l’excellence : Une vision renouvelée de l’éducation en Ontario. Toronto, Imprimeur de la Reine pour l’Ontario.
  2. NIBLETT, B. (2014). Narrating activist education: Teachers’ stories of affecting social and political change, Thèse (Ph. D.), Université Lakehead, [En ligne].
  3. CARR, P. R. (2011). Does your vote count? Critical pedagogy and democracy, New York, NY : Peter Lang.
  4. MARSHALL, C., et A. ANDERSON (2009). Activist educators, New York, NY : Routledge.
  5. PICOWER, B. (2012). Practice what you teach, New York, NY : Routledge.
  6. DIVISION DU RENDMENT DES ÉLÈVES (mai 2013). Le troisième enseignant : Concevoir le milieu d’apprentissage des mathématiques et de la littératie, de la maternelle à la 8e année, Toronto, Imprimeur de la Reine pour l’Ontario.
  7. TORONTO DISTRICT SCHOOL BOARD. (2014). Sprout ideas camp connects ideas, industry, and innovation, [En ligne].
  8. TAKINGITGLOBAL. (2014). TakingITGlobal + TDSB – 2014 Innovation Fair, [En ligne].
  9. DEWEY, J. (1918). Democracy and education, New York, NY : Macmillan.
  10. DEWEY, J. (1937). Experience and education, New York, NY : Macmillan.
  11. PURKEY, W. W. et J. M. NOVAK (2008). Fundamentals of invitational education, Kennesaw, GA: The International Alliance for Invitational Education.
  12. FREIRE, P. (1970). Pedagogy of the oppressed, New York, NY : Continuum.
  13. BREUNIG, M. C. (2005). “Turning experiential education and critical pedagogy theory into praxis”, Journal of Experiential Education, vol. 28, p. 106-122.
  14. DUNLEAVY, J., P. MILTON et J. D. WILLMS (2012). “What did you do in school today?”, Research Series, Report Number Three: Trends in intellectual engagement, Toronto, ON: Association canadienne d’éducation, [En ligne].

La série de monographies Faire la différence… De la recherche à la pratique est produite en collaboration par l’Ontario Association of Deans of Education et la Division du rendement des élèves du ministère de l’Éducation de l’Ontario.

Pour en savoir plus sur la façon de rédiger une monographie, visitez : Mobiliser les résultats de la recherche pour les appliquer de façon significative, par Michelann Parr, Ph. D., et Terry Campbell, Ph. D., co-rédactrices.

La série Faire la différence est mise à jour et publiée ici.

Les opinions et les conclusions exprimées dans ces monographies sont celles des auteurs; elles ne reflètent pas nécessairement les politiques, les opinions et les orientations du ministère de l’Éducation de l’Ontario ou de la Division du rendement des élèves.

ISSN 1913-1097 Faire la différence… De la recherche à la pratique (imprimé)
ISSN 1913-1100 Faire la différence… De la recherche à la pratique (en ligne)