L'apprentissage de l'autonomie

 Introduction


Le présent document remplace la publication intitulée Enfants présentant des déficiences intellectuelles moyennes ou profondes (1981). Il vise les fins suivantes :

  • aider les enseignants chargés de classe et les enseignants à l'enfance en difficulté, ainsi que les paraprofessionnels, le personnel de soutien et le personnel des conseils scolaires, à élaborer des programmes individualisés adaptés aux élèves présentant des déficiences intellectuelles moyennes ou profondes;
  • aider les enseignants à adapter le programme scolaire et leurs méthodes pédagogiques en fonction des besoins de ces élèves;
  • aider les enseignants à évaluer le progrès des élèves et l'efficacité des programmes;
  • fournir les données et l'orientation nécessaires à l'élaboration de programmes dans diverses disciplines;
  • favoriser l'intégration à l'école et dans le milieu des élèves présentant des déficiences intellectuelles.

Depuis l'adoption du projet de loi 82, qui oblige les conseils scolaires à offrir des programmes à tous les élèves, quelles que soient leurs déficiences, l'éducation de l'enfance en difficulté a enregistré des progrès constants. Il est de règle aujourd'hui de fournir aux élèves les mêmes possibilités d'éducation par le biais de programmes personnalisés et d'intégrer les élèves qui ont des difficultés d'apprentissage. Dans le cadre de plusieurs formules de placement, l'école assure une gamme variée de milieux d'apprentissage permettant aux élèves d'acquérir un sentiment d'acceptation, d'appartenance et de confiance en eux-mêmes.

Toute définition ou description exacte d'un groupe particulier d'élèves suscite inévitablement des problèmes. Ces descriptions peuvent conduire à un étiquetage, qui obscurcit les différences individuelles et peut être à l'origine d'une perception erronée des possibilités d'apprentissage des élèves. Sans compter que ces étiquettes dressent des barrières entre les élèves et leur milieu familial et scolaire. Comme ces étiquettes ont servi dans le passé à stigmatiser les élèves présentant des déficiences intellectuelles, il importe de procéder avec une grande perspicacité pour décrire ces élèves et leurs besoins. C'est pourquoi les élèves qui présentent des déficiences intellectuelles seront simplement désignés dans le présent document comme les élèves.

Chaque élève est une personne unique susceptible d'apprendre et de se développer grâce à un programme soigneusement planifié et judicieusement mis en œuvre. Chaque élève doit surmonter des difficultés d'ordre intellectuel qui ont pour résultat de ralentir ses progres scolaires et le développement de son aptitude à la communication et de ses aptitudes sociales.

Ces élèves forment un groupe très hétérogène, dont les atouts, les besoins et les aptitudes en matière d'apprentissage sont des plus variés. En plus de présenter des déficiences intellectuelles, certains ont des handicaps physiques et des troubles sensoriels qui mettent davantage à l'épreuve leur aptitude à apprendre et à dominer leur environnement.

La société doit tenir compte des personnes qui diffèrent de la norme. Il incombe à l'école d'offrir à ces personnes des expériences d'apprentissage susceptibles de les préparer à participer efficacement à la vie de leur milieu, chaque élève avant le droit de mener une vie pleine et satisfaisante. L'école doit donc offrir à ces élèves les possibilités suivantes :

  • vivre de la façon la plus autonome possible, dans un milieu familial plutôt qu'en établissement;
  • avoir une vie productive par le biais d'un emploi autonome ou d'un programme de soutien à l'emploi, d'un travail bénévole et de la participation à la vie familiale;
  • recourir à l'ensemble des ressources et services communautaires;
  • avoir des amis et des rapports avec les autres;
  • s'inscrire à des programmes d'éducation permanente, notamment à des programmes d'alphabétisation et à une gamme variée de cours;
  • profiter d'activités de loisirs.

Pour favoriser la participation entière des élèves à la vie de leur milieu, l'école doit chercher à leur offrir des programmes complets axés sur des objectifs à long terme. Ces programmes doivent:

  • être personnalisés et adaptés aux aptitudes et aux besoins de chacun;
  • recourir à une approche multisensorielle, fondée sur l'expérience et le concret;
  • aider chaque élève à acquérir la plus grande autonomie possible;
  • fournir aux élèves tout le soutien nécessaire pour acquérir des aptitudes ou participer à une activité, tout en reconnaissant l'importance d'éliminer progressivement le soutien accordé lorsqu'il n'est plus nécessaire;
  • aider les élèves à mettre pleinement en valeur leurs aptitudes à la communication et à la vie quotidienne, et leurs aptitudes intellectuelles;
  • fournir régulièrement aux élèves des possibilités d'interaction avec leurs camarades non handicapés;
  • fournir régulièrement aux élèves des possibilités de se déplacer dans leur milieu;
  • permettre aux élèves d'acquérir des connaissances et de les mettre en pratique dans les contextes appropries;
  • inciter les élèves à élargir leur expérience des loisirs par le biais d'un programme personnalisé d'évaluation et d'enseignement;
  • préparer les élèves à s'adapter à d'autres milieux d'apprentissage, de vie et de travail;
  • fournir aux élèves des programmes de formation au choix d'une carrière avec leurs camarades;
  • aider les élèves et leur famille à faire la transition aux programmes communautaires pour adultes, à la fin du programme de l'école secondaire.

Dispositions législatives

Les dispositions législatives propres au présent document comprennent les programmes-cadres établis pour les élèves en difficulté et les buts de l'éducation prévus pour tous les élèves.

Selon la Loi sur l'éducation, les conseils scolaires doivent offrir des programmes d'éducation à tous les élèves qui résident dans leur territoire.

Aux termes de la loi, chaque élève ontarien d'âge scolaire a le droit de recevoir l'enseignement public dans la langue de son choix (Fanglais ou le français), quels que soient ses besoins particuliers; les élèves en difficulté ont droit aux programmes et services appropries prevus pour l'enfance en difficulté. La loi prévoit également que les parents et les tuteurs d'élèves en difficulté doivent pouvoir participer à l'identification et au placement de ces élèves.

Les buts de l'éducation s'appliquent également à tous les élèves des écoles ontariennes et visent à aider chaque élève à :

  1. réagir aux procédés dynamiques de l'apprentissage;
  2. faire preuve d'imagination, de souplesse et de créativité à l'école et dans la vie;
  3. acquérir les connaissances et les aptitudes fondamentales nécessaires pour comprendre et exprimer des idées au moyen de mots, de nombres et d'autres symboles;
  4. se maintenir en forme et en bonne santé;
  5. prendre plaisir à participer à divers modes d'expression artitistique, seul(e) ou en collaborant avec d'autres;
  6. acquérir le sentiment de sa propre valeur;
  7. comprendre le rôle de la personne dans la famille et celui de la famille dans la société;
  8. apprendre à être capable de résoudre seul(e) les problèmes pratiques de la vie quotidienne;
  9. accepter ses responsabilités personnelles dans la société au niveau local, provincial, national et international;
  10. apprécier les coutumes, la culture et les croyances d'une grande variété de groupes sociaux;
  11. acquérir les aptitudes et les attitudes nécessaires pour répondre aux exigences du monde du travail;
  12. établir des rapports intelligents avec son environnement;
  13. acquérir des valeurs fondées sur des croyances personnelles, religieuses ou morales, et sur une notion du bien-être de la société.*

Plan du présent document

La première partie du document, intitulée «Cycle de planification», présente un modèle de planification de programmes et décrit de façon détaillée les quatre étapes de la planification représentées dans le modèle. La section «Appui du conseil scolaire» décrit ensuite le rôle du conseil scolaire. Des suggestions sont ensuite présentées sur l'évaluation des besoins d'apprentissage des élèves en fonction de leur niveau de développement. Une section ultérieure, intitulée «Amélioration du comportement», indique comment recourir au cycle de planification en vue de modifier un comportement insatisfaisant dont l'existence est révélée par le processus d'évaluation.

Les sections sur le choix du milieu d'apprentissage et sur la façon d'en tirer le meilleur parti possible sont suivies par une section intitulée «Accueil des élèves dans une classe ordinaire», qui présente des méthodes et des démarches d'intégration des élèves dans une école ordinaire. On traite ensuite de diverses perspectives d'élaboration du programme.

La deuxième partie du document, intitulée «Applications suggérées aux matières du programme», présente un modèle de planification appliqué aux treize matières du programme. Chaque modèle est présenté de la façon suivante : aperçu, composantes du cycle de planification et deux études de cas (une au palier élémentaire, l'autre au palier secondaire).

* Minisère de l'Éducation, Ontario, Les écoles de l'Ontario aux cycles intermédiaire et supérieur (7e à 12e année et CPO) - Le préparation au ciplôme d'études secondaires de l'Ontario - 1989, édition revue (Toronto, ministère de l'Éducation, Ontario, 1989), pp. 3 et 4