Pour l'amour d'apprendre

Rapport de la Commission royale sur l'éducation

Une version abrégée

Certains éléments graphiques (photographies, diagrammes à secteurs, etc.) ont été omis de la version électronique de ce rapport. La copie papier en constitue la seule version officielle.

Return Retour au menu de CRE

Table des matières


Chères lectrices, chers lecteurs,

Les écoles de l'Ontario ont certes accompli un bon travail au cours des cent cinquante dernières années. Des améliorations s'imposent toutefois si on veut qu'elles répondent à tout ce qu'on attend d'elles. Nous avons la conviction que la très grande majorité de nos élèves sont en mesure de mener à terme leur scolarité et d'acquérir le savoir, la créativité, l'imagination et les facultés de réflexion et de raisonnement qui sont le propre de la maturité. Sans vouloir prétendre qu'il s'agit là d'une prescription facile, nous estimons savoir quelles voies emprunter pour y arriver. Au terme d'une vingtaine de mois de lecture, d'écoute, de délibération et de réflexion sur les qualités dont doit se doter notre système d'éducation pour servir au mieux les intérêts de la société et des enfants, nous en sommes arrivés à un certain nombre de conclusions susceptibles de donner espoir aux gens qui craignent que nos écoles ne soient pas en mesure de composer avec un avenir si incertain.

Qu'il nous ait fallu des centaines de pages pour exposer nos arguments, nous en sommes à vrai dire les premiers surpris. Mais, devant la controverse dont font l'objet à peu près tous les aspects du système scolaire, et devant les attitudes méfiantes et sceptiques répandues dans le milieu, nous avons jugé essentiel d'énoncer notre pensée avec force cohésion et détails, de sorte qu'il soit possible à quiconque le souhaite d'en suivre pas à pas le cheminement. Il nous est apparu important, par exemple, de bien expliciter nos vues sur les circonstances devant favoriser l'acquisition féconde du savoir et de cerner les éléments d'un bon enseignement. Car il nous est vite devenu évident que, l'apprenante et l'enseignante -- l'apprenant et l'enseignant -- constituant ici nos deux acteurs clés, toutes les questions abordées en cours de route les touchent nécessairement de près. De cette analyse approfondie découlent bon nombre de nos prises de position.

Toute notre conception de la salle de classe idéale se retrouve dans le volume II intitulé « Apprendre -- Notre vision de l'école ». Puisque l'acquisition du savoir est effectivement le projet d'une vie, nous y décrivons le système tel qu'à notre avis il devrait être, depuis la naissance et jusqu'au passage de l'école secondaire à l'étape suivante, quelle qu'elle soit. Qu'il s'agisse d'un scénario plutôt idéaliste, nous en sommes bien conscients : notre parti pris est en effet délibéré. Convaincus que le processus scolaire pourrait être, en théorie du moins, aussi motivant et enrichissant que nous le voyons, nous avons voulu justement viser haut afin de proposer des cibles dont la société puisse être fière.

Notre rapport comprend aussi une section intitulée « Les éducateurs, les éducatrices », qui traite en long et en large de la formation et du perfectionnement des enseignantes et des enseignants. Nous y faisons valoir à satiété que l'amélioration du système est totalement subordonnée à leur coopération enthousiaste -- une évidence à laquelle sont demeurées délibérément aveugles bon nombre de tentatives de réforme -- et qu'il est vain de s'attendre à ce qu'ils puissent remplir la multitude de fonctions qu'on leur confie, sans une préparation adéquate.

Bien que les écoles ontariennes aient remarquablement bien réussi auprès d'une jeunesse provenant de milieux très différents, elles ont encore du chemin à faire. Malgré tous les efforts, nombreux sont les cas d'élèves qui ne tirent pas leur juste part du système. Encore aujourd'hui, il demeure évident que ceux et celles qui sont issus des milieux socio-économiques favorisés en bénéficient le plus. Comme en témoigne le commentaire d'une intervenante, le meilleur gage de succès demeure la situation financière des parents. Par ailleurs, les filles ont encore à affronter des obstacles inconnus des garçons. Nous avons appris que les élèves de race noire et ceux de souche portugaise ou hispanique ne parviennent qu'au prix d'énormes difficultés à tirer le meilleur parti du régime scolaire. Il est indéniable aussi que les petites localités et les régions rurales et éloignées ne reçoivent pas la part qui leur revient des fonds consacrés à l'éducation. Enfin, les engagements constitutionnels à l'égard des catholiques, des franco-ontariens et ontariennes et des autochtones ne se sont pas encore pleinement matérialisés.

Nous nous trouvons ainsi devant cette situation, inacceptable, où pour des raisons totalement indépendantes de leur volonté et de leur mérite, certains élèves de l'Ontario ne bénéficient pas autant que les autres des avantages du système scolaire. Puisque réussite scolaire est souvent synonyme de meilleures perspectives d'emploi, de salaire élevé et de bonne situation sociale, nous avons, tout au long de notre rapport, et particulièrement dans la partie traitant de l'équité, fait des recommandations axées sur l'importance d'assurer à chaque enfant de la province des chances égales de profiter du système éducatif. L'objectif : rien de moins qu'offrir à tous nos enfants, sans exception, une scolarisation de qualité.

Tout cela a abouti bien sûr à un texte volumineux que tous n'auront pas le temps de lire en entier, et certes pas d'un trait. Il ne serait même pas surprenant que les membres de nos propres familles ne le lisent pas du début à la fin. C'est pourquoi nous avons cru bon, afin d'en simplifier la consultation, de présenter tout au long du texte des résumés de nos principales réflexions et recommandations. Quant au présent document, il ne faut pas y chercher la synthèse systématique de l'ensemble de nos travaux mais bien davantage notre tentative de vous faire part de l'atmosphère du rapport, des lignes de force de notre pensée, et des moyens à développer en tant que société pour nous façonner un système d'apprentissage radicalement différent. Il se peut qu'à la lecture de ce document, certaines personnes aient envie de consulter l'étude complète et d'approfondir les questions qui les intéressent tout particulièrement. Nous tenons bien sûr pour acquis qu'au moins les éducatrices et éducateurs, les enseignantes et enseignants, les membres des conseils scolaires et les autres personnes intéressées en feront la lecture intégrale. Mais ce que nous souhaitons par-dessus tout, c'est que vous -- vous les élèves, vous les parents -- ayez à coeur de découvrir les rôles respectifs que nous voudrions vous voir confier dans les écoles de l'avenir. Sachez d'emblée que si le genre de système que nous préconisons se concrétise, vous y occuperez une place plus large qu'aujourd'hui.

ISBN 0-7778-3580-0

Return Retour au menu de CRE