Communiqué

Jeudi 26 janvier 1995

Le plan directeur de la Commission royale sur l'éducation en vue de changer le système scolaire de l'Ontario

Toronto -- Jeudi, les cinq membres de la Commission royale sur l'éducation ont dévoilé dans un rapport ayant fait l'unanimité une vision inédite de l'éducation en Ontario. Le rapport, intitulé Pour l'amour d'apprendre, fournit un plan directeur en vue de changer le système scolaire de l'Ontario et de doter tous les élèves des outils nécessaires pour affronter les défis du XXIe siècle.

Le rapport de quatre volumes, qui indique les nouvelles mesures radicales à prendre, est accompagné d'un disque compact interactif et d'une version abrégée (83 pages). Les commissaires, soit Mme Monique Bégin, M. Gerry Caplan, Mlle Manisha Bharti, Mme Avis Glaze et M. Dennis Murphy, ont présenté en début de journée le rapport au ministre de l'Éducation et de la Formation, M. Dave Cooke.

"Il s'agit d'un rapport à la fois idéaliste et pratique", a dit Mme Monique Bégin. "Il n'y a pas de doute qu'en dépit de la situation économique, nous pouvons bâtir un système d'éducation vraiment excellent et de haute qualité. C'est ce que nous ont dit espérer des milliers d'Ontariens et d'Ontariennes, qu'ils soient parents ou élèves. Sous l'apparente contradiction des demandes, on sent toutefois que les gens veulent tous faire ce qui est le mieux pour les jeunes. Ce ne sera pas facile, mais c'est faisable. La question est de savoir si nous avons la volonté de mettre les choses en train. Je crois sincèrement que nous l'avons".

"Nous souhaitons véritablement que la majorité des élèves de l'Ontario terminent leurs études secondaires et soient à ce moment-là lettres, cultivés, créatifs et déterminés. Nos recommandations visent à ce qu'ils sachent résoudre des problèmes et réfléchir de manière logique et critique. Ils seront en mesure de bien communiquer, de travailler dans un esprit d'équipe, et surtout, ils auront appris à apprendre", a dit le coprésident, M. Caplan. "Toutes nos recommandations visent à ce que tous les élèves de l'Ontario atteignent ce but. Nous avons encore toutefois beaucoup de chemin à parcourir à ce propos".

Les 167 recommandations de la Commission ont pour but d'entraîner des changements fondamentaux dans le système d'éducation. La Commission, qui reconnaît que les moyens classiques appliqués en matière de réforme scolaire ne suffisent pas à modifier l'important système d'éducation de l'Ontario, redéfinit les responsabilités fondamentales et communes des écoles et recommande quatre grands "moteurs" pour entraîner des changements. Ces quatre moteurs sont :

  1. La professionnalisation et le perfectionnement des enseignants et enseignantes. Impossible de réformer sérieusement le système scolaire sans une participation enthousiaste des enseignants et enseignantes. Ces derniers sont les héros du monde de l'éducation, mais il faut beaucoup plus les soutenir pour qu'ils puissent jouer ce rôle vital et difficile qui est le leur. La Commission recommande que la formation des enseignants et enseignantes soit prolongée, d'un à deux ans. De plus, comme elle reconnaît qu'une mise à jour des connaissances et compétences s'impose, elle recommande que le perfectionnement professionnel soit obligatoire pour tous les éducateurs et éducatrices. Il faudrait créer un Ordre des enseignants et des enseignantes de l'Ontario qui serait un organisme indépendant responsable de déterminer les normes professionnelles, de décerner leur brevet d'enseignement aux enseignants et enseignantes et d'approuver les programmes de formation des enseignantes et enseignants.

  2. Des alliances communautaires. Des enseignantes et enseignants surchargés ne peuvent pas remplir de façon efficace leur rôle principal, soit celui d'accroître les compétences intellectuelles des élèves. Les ressources du milieu - parents, organismes communautaires, services sociaux, industries, commerces et syndicats, groupements religieux, culturels et sportifs - doivent participer aux tâches non scolaires. La Commission recommande que chaque école établisse un conseil scolaire-communautaire se composant de parents, d'élèves et de représentants de la communauté, de façon que des liens plus solides unissent les écoles et les communautés. Pour que les services soient mieux coordonnés, il faut procéder au niveau provincial à une réforme complète des politiques et des programmes destinés aux enfants.

  3. Éducation de la petite enfance. Les commissaires recommandent que la province offre des programmes de préparation à l'école pour tous les enfants âgés de trois ans que les parents veulent y inscrire. Ce genre d'apprentissage précoce peut vraiment avoir des répercussions positives sur le succès scolaire d'un enfant. Les enfants qui suivent des programmes de haute qualité acquièrent non seulement des compétences et des aptitudes en matière d'adaptation, mais développent aussi des attitudes positives à l'égard de l'apprentissage. De plus, en offrant très tôt aux enfants un milieu d'apprentissage sûr et encourageant, on leur donne à tous les mêmes chances et on peut dépister assez tôt les problèmes d'apprentissage et y appliquer les correctifs appropriés.

  4. Les technologies de l'information. Dans un monde où la culture informatique devient aussi importante que le fait de savoir lire et écrire, les technologies de l'information constituent de nouveaux instruments puissants qui peuvent transformer la nature traditionnelle de l'enseignement et de l'apprentissage. Les élèves peuvent apprendre de nouvelles techniques pour résoudre des problèmes et acquérir des capacités de raisonnement analytique et critique d'un haut niveau. Ils ont aussi accès à une mine d'information au-delà de la salle de classe, information dont personne n'osait rêver jusqu'à présent. Le gouvernement et le milieu des affaires doivent collaborer pour fournir aux écoles des liens avec les réseaux et les ressources techniques pertinentes.

Outre ces quatre moyens d'action, le rapport comprend d'autres recommandations visant à améliorer l'enseignement et l'apprentissage, qui toutes se fondent sur une question dominante : Est-ce qu'elles améliorent la qualité de l'enseignement et de l'apprentissage?

Points saillants des recommandations

Programmes d'études
deux genres de cours plus des cours communs, de la 10e à la 12e année : Cours académiques de l'Ontario et Cours appliqués de l'Ontario, l'accent étant mis sur les compétences et les connaissances appliquées, coordination centralisée de l'élaboration des programmes d'études, avec possibilité que 10 % de celle-ci se fasse à l'échelon local
Décloisonnement
décloisonnement de la 1re à la 9e année, spécialisation de la 10e à la 12e année
Élimination progressive de la 13e année
spécialisation terminée en trois ans après la 9e année, les économies réalisées en éliminant une année compenseront certains des coûts de l'éducation de la petite enfance
Responsabilités
test uniforme à l'échelle de la province des savoirs de base en lecture, écriture et calcul à la fin de la 3e année; en 11e année, test de "litteratie garantie" à l'échelle de la province; les écoles seront tenues d'informer les parents de ce qu'on attend des élèves dans chaque cours (résultats et normes)
Bulletin scolaire
le Ministère préparera un bulletin scolaire commun, facile à comprendre
Office de la redevabilité et du rendement de l'apprentissage
  • fera rapport à l'Assemblée législative
  • sera responsable de l'application d'évaluations uniformes à l'échelle de la province en 3e et 11e année
  • surveillera la performance du système
Financement
  • le financement équitable par élève sera déterminé à l'échelon central
  • tous les propriétaires d'une résidence privée paieront leurs taxes au système scolaire de leur choix
  • les propriétaires n'ayant pas exercé leur droit verront leurs taxes mises en commun et reparties par élève
Conseillers et conseillères scolaires et conseils scolaires
  • tous les conseillers et conseillères scolaires travailleront à temps partiel et leurs honoraires annuels ne dépasseront pas 20 000 $
  • le rôle des conseillers et conseillères scolaires est d'élaborer des politiques, et non d'intervenir directement dans la gestion des écoles
Conseil scolaire public de la Communauté urbaine de Toronto
éliminer progressivement le Conseil scolaire de la Communauté urbaine de Toronto après avoir transféré les responsabilités du calcul des subventions à la province
Parents
  • Charte des droits et responsabilités des parents pour préciser ce que les parents peuvent attendre des écoles
  • participation aux conseils scolaires-communautaires
  • les parents seront tenus au courant de ce que leurs enfants sont censés savoir
Élèves
  • Charte des droits et responsabilités des élèves
  • une ou un élève votant du niveau secondaire dans chaque conseil scolaire
  • mécanisme permettant de recevoir les commentaires systématiques des élèves à propos de leurs écoles
  • un Conseil consultatif provincial des élèves et des jeunes
Écoles de langue française
  • le Ministère mettra en oeuvre un système de gestion "par et pour les francophones"
  • financement de programmes de rattrapage linguistique accéléré et d'animation culturelle
Écoles catholiques
  • représentation de l'enseignement catholique à tous les niveaux du Ministère
  • maintien de l'embauche préférentielle
  • toutes les facultés d'éducation offriront des cours spéciaux pour préparer à l'enseignement dans les écoles catholiques
Questions autochtones
  • les programmes d'études dispensés à tous les élèves de l'Ontario refléteront de manière plus juste l'histoire et la culture des autochtones et leur rôle dans la société canadienne
  • élaboration de lignes directrices relatives à l'utilisation des langues autochtones comme langues d'enseignement
Attention spéciale portée aux groupes minoritaires
  • politiques anti-racistes, formation des éducateurs et éducatrices, méthodes et matériel pédagogiques pertinents
  • critères d'admission des enseignantes et enseignants représentant mieux la composition démographique de l'Ontario
  • programmes novateurs visant à répondre aux besoins spéciaux d'un groupe particulier, tels que définis par le milieu
Élèves ayant des besoins spéciaux
  • intégration des élèves ayant des besoins spéciaux, un appui leur étant offert dans la salle de classe, le cas échéant, d'autres placements sont appropriés
  • programmes d'accélération destinés aux élèves surdoués
Les écoles et le monde des affaires
  • politiques sympathiques aux familles en milieu de travail pour faciliter la participation des parents dans les écoles
  • participation aux conseils scolaires-communautaires
  • encourager le milieu des affaires à davantage participer à des projets d'enseignement coopératifs
  • le monde des affaires doit travailler de concert avec le gouvernement pour offrir les nouvelles technologies aux écoles

Depuis la création de la Commission le 5 mai 1993, les commissaires ont entendu 1 400 personnes et groupes dans 27 villes de la province et étudie 4 800 mémoires supplémentaires. De plus, la Commission a mis sur pied un programme d'extension des consultations spécial pour les jeunes, s'est penchée sur les recherches faites dans le domaine, a rencontré des spécialistes et a étudié au peigne fin les systèmes d'éducation de beaucoup d'autres compétences.

La Commission recommande maintenant que le gouvernement nomme un comité autonome de mise en oeuvre des recommandations.