Stratégie de lecture au primaire


Rapport de la table ronde des experts en lecture, 2003


Le rôle de l'enseignante ou de l'enseignant

Les enseignantes et les enseignants qui obtiennent les meilleurs résultats en lecture possèdent de solides connaissances théoriques et pratiques dans ce domaine, suscitent l'enthousiasme de leurs élèves en salle de classe, ont recours à des stratégies de motivation efficaces qui encouragent l'apprentissage autonome, ont des attentes élevées en matière de rendement et viennent en aide aux élèves en difficulté. (International Reading Association, 2000, p. 1, traduction libre)

Les enseignantes et enseignants contribuent à la réussite scolaire de leurs élèves lorsque leur attitude traduit une ferme conviction que tout enfant peut apprendre à lire et que leur compétence et leur détermination font qu'il en est ainsi. Ces professionnels fondent leurs activités en salle de classe sur une solide théorie de la lecture, offrent à leurs élèves un enseignement adapté à leurs besoins particuliers, transforment la classe en un milieu organisé et stimulant propice à l'apprentissage et évaluent régulièrement le rendement de leurs élèves en lecture par rapport aux attentes du curriculum de l'Ontario en français. Loin d'agir seuls, ces enseignantes et enseignants savent qu'ils font partie, avec leurs collègues de l'école, d'une équipe animée par la même ambition, à savoir celle de faire en sorte que chaque élève sache lire à la fin de la 3e année.

La transmission des connaissances et le développement de compétences

Il incombe à tout enseignant et toute enseignante de posséder à la fois les connaissances nécessaires pour bien saisir les complexités du processus de lecture et les compétences indispensables pour mettre en œuvre les diverses composantes d'un enseignement efficace de la lecture. Pour aider leurs élèves à décoder un texte et à le comprendre en le lisant, les enseignantes et les enseignants :

  • encouragent les élèves à faire appel à leurs connaissances antérieures et leur fournissent, le cas échéant, suffisamment de données sur le contexte pour qu'ils comprennent le texte;

  • assurent un enseignement direct qui appuie le développement des habiletés de décodage, de la fluidité en lecture et de la compréhension;

  • répondent aux questions des élèves et surveillent leur rendement;

  • réfléchissent tout haut, de sorte que les élèves réalisent de quelle manière les personnes habiles en lecture et en écriture abordent un texte;

  • offrent aux élèves la possibilité de participer en classe à des conversations signifiantes, en reconnaissant que la communication orale est le fondement même de l'acquisition de la lecture et de l'écriture;

  • aident les enfants à poser des questions et à s'interroger, de même qu'à trouver des réponses à leurs questions, pour obtenir, clarifier ou confirmer des renseignements ou encore pour explorer des hypothèses;

  • reconnaissent le rôle que jouent les habiletés supérieures de la pensée dans la maîtrise de la lecture;

  • réfléchissent aux questions des élèves, afin de se faire une idée de leur processus de questionnement, cernent la nature et l'étendue de leurs connaissances antérieures et repèrent les lacunes que leur enseignement en classe devra combler;

  • font le rapprochement entre l'enseignement de la lecture et de l'écriture, autrement dit, réalisent qu'il s'agit de deux processus indissociables et que les améliorations dans l'un de ces domaines se traduisent nécessairement par des améliorations dans l'autre.

La motivation des élèves

Les enseignantes et enseignants ont une influence considérable sur le développement et le maintien du goût de l'apprentissage et de la lecture. Plus leur motivation à lire est forte, plus les élèves lisent, plus leurs stratégies cognitives sont complexes et plus leur lecture s'améliore. Pour motiver leurs élèves à lire, les enseignantes et les enseignants :

  • manifestent une passion pour la lecture;

  • servent de lectrices et de lecteurs modèles pour leurs élèves;

  • savent ce qui rend la lecture attrayante aux yeux des enfants et cherchent à renforcer cet attrait en établissant un lien entre la lecture et les goûts ou les objectifs de leurs élèves;

  • connaissent comment leurs élèves perçoivent leur propre habileté en lecture et les aident à développer une bonne perception de cette habileté, d'une part, en leur proposant des textes adaptés à leur niveau de compétence en lecture et, d'autre part, en leur laissant assez de temps pour achever leurs tâches en lecture;

  • encouragent les élèves à recourir à des stratégies d'apprentissage qui leur sont familières en cas de doute sur la signification d'un mot ou d'un passage (par exemple étudier la consonne initiale, lire un passage plusieurs fois, poursuivre la lecture, regarder les illustrations ou se demander si une interprétation a du sens);

  • donnent plus de pertinence à leur enseignement et donc à l'apprentissage des élèves en tenant compte de l'âge, des goûts et des besoins de ces derniers;

  • créent un environnement riche en matériel didactique varié, y compris des lectures variées, des affichages divers et des ressources multimédias intéressantes (par exemple des bandes audio ou vidéo ou encore des transparents) qui reflètent la diversité culturelle de l'école et de la communauté;

  • offrent aux élèves l'occasion de choisir leurs propres lectures et d'acquérir le sentiment d'avoir un certain contrôle sur le processus de lecture;

  • prévoient des occasions de discussion, de travail d'équipe et d'autres types d'interaction entre les élèves qui rendent la lecture plus intéressante et plus amusante;

  • intègrent la lecture à d'autres activités, pour souligner qu'il s'agit d'une compétence non seulement utile, mais indispensable, dans la vie de tous les jours;

  • tirent une satisfaction personnelle de leur contribution à l'atteinte par chaque élève de ses objectifs personnels.

La planification et l'organisation

Les enseignantes et les enseignants doivent constamment adapter leur enseignement au stade d'acquisition de lecture de leurs élèves, en réalisant qu'au fur et à mesure qu'ils progressent ces élèves passeront moins de temps à développer et à pratiquer certaines habiletés et plus de temps à d'autres. Leur responsabilité est d'utiliser au mieux les heures d'enseignement en salle de classe, en combinant les activités en grands ou en petits groupes et les interventions individuelles auprès de chaque élève. Sur le plan de la planification et de l'organisation de l'enseignement, il leur incombe :

  • de prévoir de grandes périodes de temps ininterrompues pour l'enseignement de la lecture, de même que de nombreuses occasions pour les élèves de mettre en pratique leurs nouvelles connaissances et habiletés;

  • de respecter certaines habitudes, y compris un horaire régulier, de sorte que les élèves sachent à quoi s'attendre tout au long de la journée;

  • d'introduire ces habitudes et en surveiller les effets avant d'entamer un enseignement en petit groupe, afin de s'assurer que les autres élèves sont capables de travailler de façon autonome pendant ce temps;

  • d'utiliser la réflexion, l'observation et diverses méthodes d'évaluation pour cerner les besoins d'apprentissage de chaque élève et lui fournir un enseignement adapté en conséquence;

  • de connaître des méthodes efficaces pour capter l'attention des élèves lors d'un enseignement en grands, en petits groupes ou individuellement, et pour organiser les groupes de la façon la plus judicieuse en fonction de l'activité envisagée (par exemple le regroupement d'élèves aux habiletés variées ou encore le regroupement suivant l'âge, le stade d'acquisition de la lecture, le stade de développement ou les goûts);

  • d'adopter des structures organisationnelles et des techniques qui aident les élèves à assumer la responsabilité de la gestion de leur temps d'apprentissage

    ;

  • de surveiller le temps que les élèves consacrent à une tâche donnée et leur degré de concentration sur cette tâche.

L'observation et l'évaluation

Les enseignantes et les enseignants savent à quel point il est important de faire une évaluation continue pour guider les élèves et ils :

  • utilisent toute une gamme de méthodes et d'outils d'évaluation, entre autres l'auto-questionnement des élèves, les entretiens avec les élèves, les inventaires informels des textes lus par les élèves et la tenue de fiches d'observation individualisées;

  • analysent les résultats des évaluations pour en déduire les points forts et les points faibles des élèves;

  • modifient leurs méthodes d'enseignement de façon continue pour les adapter au stade de développement des élèves;

  • donnent aux enfants une rétroaction concernant la qualité de leur travail, plutôt qu'une simple note, les félicitent de leurs accomplissements et leur font savoir quels aspects de leur apprentissage laissent à désirer, le cas échéant;

  • prêtent attention aux besoins des élèves qui risquent l'échec en lecture et leur procurent sans tarder les interventions et les mécanismes de soutien nécessaires dès qu'ils réalisent que même un enseignement de qualité en salle de classe ne saura leur suffire;

  • travaillent en étroite collaboration avec les spécialistes de la littératie chargés des interventions et autres formes d'aide additionnelle dont les élèves peuvent avoir besoin, afin de veiller à ce que leur propre enseignement non seulement concorde avec les efforts de ces spécialistes, mais les appuie.

La promotion du travail d'équipe

Les meilleurs enseignantes et enseignants comprennent l'importance du travail d'équipe avec leurs collègues qui enseignent aussi la lecture et l'écriture au primaire. Ces personnes réalisent que leur rôle est de poser les jalons indispensables à la réussite des élèves tout au long de leurs études. Elles savent par exemple que le rendement en lecture des élèves à la fin de la 3e année dépend en grande partie de la qualité de l'enseignement en lecture qui leur aura été donné au jardin d'enfants comme en 1re et en 2e année, et c'est pourquoi elles unissent leurs efforts en vue d'une progression harmonieuse de l'apprentissage des élèves.

Ces personnes rencontrent leurs collègues à intervalles réguliers pour fins de planification, d'échanges d'idées et de communication de stratégies ou de lectures professionnelles, de même que pour discuter des choses qu'elles ont pu observer en visitant leurs salles de classe respectives. Leurs objectifs sont les suivants :

  • s'entendre sur des stratégies de littératie communes;
  • établir des objectifs en matière de littératie à l'échelle de l'école;
  • améliorer les compétences du personnel enseignant du primaire.

En plus de cette collaboration avec leurs collègues, les enseignantes et les enseignants s'efforcent d'intéresser les parents à l'apprentissage de leurs enfants et font la promotion de la lecture à domicile.

La sensibilité à la diversité culturelle des élèves

Les rapports que les enseignantes et enseignants entretiennent avec les élèves de leur classe, et en particulier leurs attentes à l'égard de leur rendement scolaire, ont de profondes répercussions sur l'apprentissage des élèves. Quantité de travaux de recherche sur la littératie ont établi que les élèves réussissent mieux à l'école lorsqu'ils se sentent accueillis, valorisés et stimulés par un enseignement qui tient compte de leurs connaissances antérieures, de leur vécu et de leurs préférences personnelles. Là où ces attitudes, comportements et adaptations du curriculum font défaut, les élèves issus de milieux culturels et linguistiques variés risquent de se montrer réticents à l'apprentissage. (Willis, 2000, traduction libre)

Les enseignantes et les enseignants jouent un rôle de premier plan en ce qui a trait à la promotion du respect de la diversité culturelle de leur classe et de leur communauté. Un enseignement de qualité exploite avantageusement les antécédents linguistiques et culturels des élèves, leurs façons de raisonner et leurs connaissances antérieures. Les enseignantes et enseignants efficaces :

  • se familiarisent le plus possible avec les cultures dont sont issus leurs élèves;

  • fixent des attentes élevées pour chaque élève;

  • créent dans leur classe une atmosphère chaleureuse qui valorise tous les élèves;

  • collaborent avec les parents d'élèves et d'autres partenaires au sein de la communauté pour promouvoir l'apprentissage scolaire et fournissent les moyens d'appuyer cet apprentissage en dehors de l'école.

Un enseignement adapté à la diversité culturelle d'une classe vise à satisfaire aux besoins de chaque élève en matière d'apprentissage, quels que soient ses antécédents culturels ou linguistiques. Le but n'est pas de créer une situation d'apprentissage sur mesure pour chaque groupe ethnique, mais de tirer profit de la diversité et de rester sensible à la possibilité que certains élèves ou des groupes d'élèves aient un besoin particulier ou une lacune qui complique l'acquisition de la lecture.

Les enseignantes et enseignants des écoles de langue française sont, sans aucun doute, les promoteurs de la langue française et de la culture francophone. Leur rôle est de créer pour les élèves un milieu propice à la communication en français, et en particulier d'y assurer une animation culturelle afin que leurs élèves voient la culture francophone et la langue française comme pertinentes et acceptent de s'y identifier. Leur rôle est également d'encourager la vie socio-culturelle de la communauté francophone en renseignant les élèves et leurs familles sur les manifestations culturelles et les services en français.

Bien que leur influence sur la promotion de la culture francophone soit généralement reconnue, les enseignantes et enseignants des écoles de langue française ont souvent du mal à mener à bien leur mission. La disponibilité et la diversité des ressources pédagogiques adaptées tant au contexte franco-ontarien qu'aux programmes-cadres du jardin d'enfants et de français peuvent poser problème. De plus, étant donné leur dispersion aux quatre coins de la province, les francophones ne peuvent que difficilement collaborer à la production de matériel didactique et d'autres ressources ou partager ce qui est à leur disposition. Malgré cela, ou plutôt à cause de cela, il est de la plus haute importance que les enseignantes et enseignants des écoles de langue française incorporent à leur enseignement des thèmes qui favorisent l'enrichissement de la vie culturelle de la francophonie.

La quête du perfectionnement professionnel

Il serait temps de se défaire de l'idée du perfectionnement professionnel « servi sur un plateau » sous forme d'ateliers ponctuels, de colloques, d'études supérieures et d'autres types de formation en cours d'emploi qui n'ont rien à voir avec la réalité des écoles. Le perfectionnement devrait plutôt être continu, intense et parfaitement intégré à la journée de travail de l'enseignante ou de l'enseignant. De plus, il s'agirait de pouvoir établir un rapport direct et positif entre, d'une part, le perfectionnement professionnel et, d'autre part, l'efficacité des enseignantes ou enseignants et le rendement des élèves. (U.S. Department of Education, 1996, traduction libre)

Les enseignantes et enseignants qui ont le souci de l'excellence dans l'enseignement de la lecture savent pertinemment qu'il n'existe pas une méthode ou un programme d'enseignement unique qui convient à tous les élèves. C'est la raison pour laquelle ils comprennent l'importance d'améliorer leurs connaissances professionnelles sur une base individuelle et au sein d'une équipe, et ils se considèrent comme des étudiants toute la vie durant. Les enseignantes et les enseignants sont toujours à la recherche de façons d'étendre leurs connaissances, que ce soit par l'intermédiaire de l'entraide professionnelle, d'un mentorat, de cercles de lecture professionnelle, d'activités de réseautage avec leurs collègues ou encore d'ateliers et de colloques consacrés à la littératie.

Le perfectionnement professionnel le plus constructif a généralement lieu à l'école, durant les jours de classe, avec l'aide de l'enseignante ou de l'enseignant leader en littératie. Concret, continu et fondé sur la recherche, il est clairement et directement lié aux attentes du curriculum de l'Ontario, de même qu'à l'amélioration du rendement des élèves. Il peut avoir pour objet la conscience phonémique et les concepts associés à l'écrit, l'analyse graphophonétique et l'étude des mots, en particulier l'enrichissement du vocabulaire, la sélection et l'utilisation de textes de qualité supérieure pour améliorer le vocabulaire et la communication orale des élèves, la compréhension des textes, la communication écrite, la modification de l'enseignement à la lumière d'une évaluation continue ainsi que les stratégies à employer pour insuffler le goût de la lecture et de l'écriture aux élèves.

Le perfectionnement professionnel spécifique confirme aux yeux des enseignantes et des enseignants leur rôle primordial dans l'apprentissage des élèves et leur montre comment s'en acquitter avec succès. Il respecte et cultive les capacités intellectuelles et de leadership des personnes concernées et les encourage à prendre l'habitude quotidienne de s'interroger et d'interroger leurs collègues sur leurs méthodes d'enseignement et sur la façon de les améliorer, individuellement et en équipe.