Webémissions : Pour l'avenir de la francophonie ontarienne

7e Principe – L'affirmation du leadership culturel des intervenants stimule la démarche de construction identitaire

Transcription

Durée : 5:41

Intervenant Audio

Samantha

On est allé à l'hôpital Montfort puis j'avais entendu quelques petites affaires à propos de l'hôpital. Mais quand j'avais mes pieds devant l'hôpital c'est là je me suis dit : » Wow!  Y avait du monde ici, qui était là  et qui ont fait un changement  dans la vie des Franco-Ontariens. Alors, c'est directement là où je me suis dit : « si eux autres ont réussi à pousser le français, il faudrait que moi je fasse mon effort pour essayer de continuer de parler français. Je le parle tout le temps à la maison,  je le parle avec certains de mes amis. Mais, là, je suis fière de le parler. Là, je comprends pourquoi je le parle puis, pourquoi on est arrivé à aujourd'hui.

Nicolette

Ce qui me motive à parler en français, c'est trois personnes en particulier.

Premièrement, j'espère qu'il n'écoute pas;  mon prof de français, M. Touré. Quand on est dans sa classe, il nous force à bien parler le français. Il nous corrige toujours, il nous aide, quand on a des questions, il est toujours là. J'aime tellement ça. Il est un prof strict; mais j'aime ça. J'aime le fait qu'il  est très dédié à son travail et ça nous pousse à être dédiés envers nos travaux. Et, j'aime vraiment ça.

Deuxièmement, j'ai participé à une activité de la FESFO. Il y avait Lise Paiement qui était là. Elle a fait un discours de la francophonie et comment il faut être fier. Alors, ça aussi ça m'a aussi beaucoup poussé.

Puis, troisièmement,  Robert Guy Despaties. Je fais plusieurs activités avec lui dans l'AESD, puis des travaux comme ça comme des pièces que j'ai faites avec lui. Puis, lui, il est tellement fier de sa langue. Juste être avec lui, juste lui parler, ça me fait vouloir être fière de ma langue. Je veux être comme lui, je veux pouvoir parler mieux le français, puis pouvoir m'exprimer mieux juste parce que la façon dont lui s'exprime.

Chloé-Lyne

Donc, d'après moi, il y a tellement d'opportunités, il y a tellement de chances dans les écoles francophones; tu peux tellement plus t'impliquer. Il y a vraiment plus de services, tu peux vraiment apprendre  de la culture. Comme nous autres, on a  « Le Goût de vivre » qui nous aide, le journal est régional pour que les écoles… La communauté francophone c'est vraiment comment venir ensemble, se tenir ensemble. Donc, d'après moi, c'est comme une grande famille. On s'appuie vraiment.

Samantha

Pour faire la promotion de Nouvelle Alliance, on a passé dans les écoles élémentaires, pour promouvoir l'école. Tu montres aux enfants des activités brise-glace, des activités comme ça. Comme notre animatrice culturelle, elle est toujours là pour nous autres, elle fait toujours des activités pour…

Vanessa

Pour ajouter à ce que tu disais, c'est comme quand on va chercher les écoles primaires et qu'on les emmenait à Couchiching pour faire des activités avec. Comme on essaie de développer leur leadership et leur francophonie.

Chloé-Lyne

Ça, au juste, notre école a tellement la chance de participer à ASD qui est un organisme qui s'est fait à travers notre Conseil pour rassembler nos écoles ensemble pour faire des camps de leadership, pour faire des jeux. On a aussi la FESFO qui vient en aide avec tout ça; faire des camps, faire des forums, juste des affaires où on peut vraiment s'impliquer et rejoindre plein d'autres francophones et voir l'importance et comment c'est partout. Les gens sont tellement…   ils ne  réalisent pas comment présent le français est dans l'Ontario, puis comment il y en a. Une fois que tu le vois pas, il me semble,  tu le repousses un petit peu plus. Mais quand tu vois combien de personnes sont là et comment que les gens s'impliquent, il  me semble que ça te donne le goût de t'impliquer, ça te donne une fierté.

Samantha

C'est vraiment ça qui m'a encouragé de m'impliquer, c'est quand j'avais vu Manon tellement « peppée » après les camps. Puis, elle m'avait de demandé en 9e année de participer à un camp de leadership. Après ce camp, je savais que je voulais devenir leader et pousser la francophonie dans l'école

Frédéric

Comme aujourd'hui avec le hissement du drapeau, on a réussi à rassembler 100 francophones pour une vingtaine de minutes. Ça montre qu'on est là et qu'on est présent encore.»

Cécile

C'est sûr que l'école avec comme le théâtre puis la musique, il y a beaucoup de choses qu'on peut faire dans notre école pour s'impliquer puis pour être francophone puis se sentir comme si on  appartient puis comme si on peut contribuer à la culture puis tout ça. C'est ça, on a le Groupe 17 à notre école, on a Les Draveurs, on a un Conseil étudiant, on a plein de choses qu'on peut faire pour vraiment faire partie de cette culture-là.

Dominique

Moi, j'pense que les francophones dans la région développent de plus en plus une fierté pour leur langue, pour leur culture. Puis, ça va nous aider à rester présents et fiers dans notre région. Parce que juste l'école, ils font …  le message principal de l'école, c'est l'engagement. Ils nous poussent le plus vers la francophonie possible pour qu'on s'engage dans toutes sortes d'activités.

Carine

C'est un bon outil surtout les profs qui ont des sites web à eux autres mêmes parce que là eux autres, ils peuvent choisir des pages sur l'Internet francophone qu'eux autres ils ont utilisé pour monter le cours. Puis, là, tu sais, c'est comme l'effet domino. Tu embarques sur ce site web-là puis tu vas cliquer sur le lien puis tu vas aller sur l'autre site. Puis tu vas te promener. Mais ça va toujours rester francophone parce que c'est ça que le prof a utilisé

Emma

Mon identité francophone se développe à cause de notre école surtout. Elle fait beaucoup de pédagogie envers la francophonie. Souvent des gros rassemblements sur l'importance de la francophonie, des événements avec toutes les écoles.