Webémissions : Pour l'avenir de la francophonie ontarienne

5e Principe – Le dialogue soutient la construction identitaire de l'élève.

Transcription

Durée : 3:53

Intervenant Audio

Alexandra

Moi, j'utilise la technologie,  l'Internet pour communiquer avec des amis d'autres régions que j'ai rencontrées à travers des activités de l'école. Comme le Conseil organise beaucoup de camps de leadership qui forment des élèves de l'élémentaire déjà à s'exprimer en français, de créer des liens avec d'autres francophones. Donc, quand je vois ces amis qui participent à ces activités aussi. On garde contact; on utilise l'internet, MSN, les adresses courriel pour pouvoir continuer  à se communiquer même si on n'est pas dans la même région ou dans la même école.

Samantha

 Moi, j'parle encore à du monde que j'ai rencontrées à la FESFO, puis j'oublie qu'elles venaient de Sudbury. Alors, quand je leur parle, Wow! Tu habites à trois heures d'ici! Puis, on se parle. La communication, c'est incroyable quand tu réalises que c'est possible de se regrouper.

Zoé

Ce que j'adore vraiment de notre école, c'est  l'AESD, notre Conseil. C'est les activités qu'ils font. Comme, on a des camps de leadership. On a des choses comme … C'est un endroit pour aller parler français; un milieu pour aller jouer avec ses amis, un milieu français. Et ce n'est pas pour travailler. Ce n'est pas pour faire de l'école; ce n'est pas pour … « Ah! Je dois apprendre ma grammaire. Je dois apprendre ça, je dois apprendre ça. Je dois apprendre mes maths; je dois apprendre ça.»  C'est juste…. C'est comme avoir… Partir en voyage, aller en vacances mais en français. Avec des gens qui vont te parler en français. Et tu sais qu'à l'école, il y en a qui sont …qui vont parler en  anglais parce que c'est ça qu'ils font. Mais, tu sais quand tu vas à l'AESD, les gens vont te parler en français. Ils vont respecter ta culture  parce qu'ils veulent que tu respectes leur culture. Et c'est ce sentiment-là que j'adore à cette école, dans ces activités à cette école parce que j'ai la chance de faire ça. . Et c'est comme quelqu'un qui a dit avant qu'à Toronto, il n'y a pas vraiment de place pour aller se parler  en français. Mais à cette école, il y a ces activités de l'AESD.

Chloé

C'est rendu, au midi, je m'assois avec mes amis… je ne peux pas compter…  Il y a pratiquement personne qui n'est pas branché. Tout le monde a un écouteur; tout le monde est à « texter » C'est beau la communication; mais dans le fond, même avec toi sur MSN quand j'te parle, tu dis toujours : « Ah! MSN, ça ne marche pas bien. » parce que ça passe…. l'émotion, c'est jamais la bonne. La personne ne perçoit jamais exactement ce que tu veux dire. Donc, pourquoi ne pas l'appeler au téléphone? Pourquoi ne pas lui parler en personne? Lui envoyer un email à la place de toujours « texter », de toujours taper?

Natasha

Parce qu'il y a des gens qui veulent se cacher en arrière d'un écran.

Ariane

C'est plus facile….C'est évidemment plus facile de parler à quelqu'un à travers d'un écran. Tu ne peux pas les voir.

Chloé

Pour parler de la façade, les jeunes de nos jours, on a toute cette petite idée qu'on doit présenter aux autres, on doit être « cool » on doit être « in ». C'est comme notre personne – on a ces caractéristiques-là. C'est ce qu'on présente au public. Puis, ensuite, tout ce qui est en arrière de ça, c'est juste notre famille ou nos amis très proches. Puis moi, je déteste ça…je dois détruire…J'ai « deleté » mon MSN; je n'aime pas Facebook. J'y vais juste pour vérifier qu'est-ce que les autres ont mis de moi dessus.

Mais,  il faut briser cette façade-là. Avant ce n'était pas là. On n'avait pas besoin de cet écran, de s'assurer qu'on peut réfléchir avant de répondre à une question que quelqu'un nous pose.