Webémissions : Pour l'avenir de la francophonie ontarienne

4e Principe – Quel que soit le bagage linguistique, l'élève est valorisé dans son identité et sa culture.

Transcription

Durée : 5:23

Intervenant Audio

Guillaume

Le français, c'est vraiment une belle langue quand tu y penses. Ça été surnommée la langue d'amour puis des affaires de même au cours de l'Histoire. Puis, c'est juste… c'est tellement enrichissant. Puis, oui, il y a des fois quand on fait la grammaire, ça nous énerve… il y a des exceptions, pour toutes… Mais, c'est ça qui fait le français, qui le définit puis qui le rend tellement complexe et, à la fois, je ne sais pas… Il y a tellement de mots vraiment précis dans la langue française que dans d'autres langues, tu ne peux pas nécessairement retrouver.

Zoé

Le français, ça me semble tellement fluide comme langage. C'est tellement… c'est comme de l'eau.

Bénédicte 

C'est comme on dit. Le français, c'est le langage de l'amour. C'est vrai, ça.

Zoé

Oui, c'est fluide! C'est beau!

Abdi

Je pense que quand tu perds un langage, tu perds un morceau de toi.

Pour moi, il y a deux Abdi. Il y a l'Abdi anglais et l'Abdi français. On a différentes façons de parler. Et je vais vous donner un exemple : « I speak like this in English » And it's a little more serious. C'est un peu plus sérieux. Et en français je suis plus : « Ah! Bonjour! Ça va bien?  Très bien!»

Marc-André

Je pense honnêtement que tu penses différemment quand t'as différentes langues. Juste dans la langue comme telle, il y a différents mots qui veulent dire différentes choses. Des fois, tu ne peux même pas traduire un mot exactement pareil. Donc, juste à ce niveau-là, tu perdrais une partie de toi parce que tu ne  pourrais pas t'exprimer. Et si tu ne  peux pas t'exprimer, c'est dur de rester toi-même selon moi, jusqu'à un certain point. Puis, si tu perds ta langue, tu perds une partie de toi, c'est inévitable

Alexandra

Pour moi, d'abord le français c'est quelque chose qui fait partie de ma vie parce que je suis née dans un pays francophone, la Côte d'ivoire, pays francophone de l'Afrique de l'Ouest. Et, je parle français à la maison, avec ma famille; c'est la seule langue qu'on parle à la maison. Donc, c'était quelque chose de logique que j'aille dans une école française, francophone. Mais je vois aussi parce qu'on est dans une région anglophone à Windsor, donc, tu vas apprendre l'anglais d'une façon ou d'une autre.

Arielle

Moi, je pense que c'est vraiment important. C'est ma langue première vu que je ne suis pas de l'Ontario. Donc, c'est la langue que je parle toujours. Et quand j'suis arrivée ici, ça m'a fait un choc culturel de voir que beaucoup de gens n'utilisaient pas le français même si on était dans une école française.

Sonine

Et moi aussi, ça m'a donné un choc en venant ici : le monde parle juste en anglais dans l'école. C'est même plus une école francophone, je pourrais dire. C'est presque anglophone parce que je vois la majorité des élèves, c'est anglophone qu'il parle. C'est à cause de ça qu'on dit qu'on perd notre culture, notre langue. Et c'est vrai.

Maël

Une année, que j'avais beaucoup parlé anglais, puis, après ça, j'ai été au Québec, pour un été. Puis, j'ai vu que ma langue en français s'était vraiment détériorée. Alors, je me suis dit il faut que je commence à parler français si non je vais la perdre.

Vanessa

Puis si tu regardes tous les gens qui perdent leur français qui ont décidé « Ah! Pour « fitter dans la gang », je vais parler en anglais puis je vais prendre l'accent.» Il y a beaucoup de monde qui réalisent après comment important c'était leur français et puis comment ils regrettent. Ils me disent : « Ah! T'es ben chanceuse de parler français. Profites-en! »

Josh

Il y a certaines personnes que je connais qui, quand je les voie, je me sens pas obligé mais plus confortable de communiquer en français. Puis, je ne me sens pas jugé. Beaucoup de  fois, quand il y a des personnes que je ne connais pas trop bien, je me sens, « you know », un peu mal à l'aise peur m'exprimer en français. Mais, il y a certaines personnes que je sais qu'ils ne vont pas me juger puis apprécier que je leur parle en français comme quelques unes de mes amies ou madame Dallaire.

Josh

Moi, j'aime beaucoup les accents de différentes cultures puis qu'ils parlent tous  en français. Comme, on voit des affaires des fois, puis, on pense que quelqu'un parle mal le français mais c'est pas ça du tout. C'est juste une différente façon de prononciation. Je trouve ça intéressant de voir des différentes personnes qui s'efforcent. C'est ça.

Carine

Moi, j'aime ça comment tu peux dire la même chose mais tellement de différentes façons. Je trouve que ça rend une personne unique. La manière qu'ils vont parler. « Ah! c'est comme ça qu'eux autres ils pensent » Je sais pas.

Mathieu

Soit les accents ou la façon qu'ils le disent; même les mots qu'ils utilisent. Des mots en Acadie qu'ils vont dire puis qu'ici on entend ça puis on comprend absolument rien. Mais, c'est vraiment intéressant.

Carine

Ça fait partie de leur identité.

Mathieu

Exactement

Pierre-Luc

Ben quand j'entends parler anglais dans les corridors de mon école, j'peux pas dire que personnellement ça me touche vraiment parce que j'me dis on peut pas empêcher quelqu'un de parler en anglais. Il va toujours en avoir; il y en a toujours eu. Même si j'suis dans une école francophone, j'suis quand même fier que cette personne ait choisi de venir dans notre école, dans la francophonie. Puis, à quelques reprises, oui, elle va parler en anglais… mais ça dépend comment les autres l'interprètent. Ils sont fiers de parler français mais que, entre amis, ils aiment ça de temps en temps parler en anglais. C'est un choix personnel qu'ils font mais moi personnellement, ce n'est pas ce choix que je choisis.


1. Qu'est-ce que la culture? – Durée : 2:06

Nom de l'intervenant

Propos

Dominique

Pour moi, la culture, vraiment, c'est la base d'un peuple. C'est toute son histoire, toute sa littérature, ses arts, ses traditions, ses façons de vivre, ses croyances. Tout ça fait qu'une société ou qu'un peuple existe et a raison d'exister.

Joseph

Comme vous avez dit, la culture, c'est comme notre situation, notre passé et l'ensemble des choses qui nous fait uniques et qui nous fait qui nous sommes. Et aussi, on peut inclure particulièrement les arts comme la musique, les médias, le théâtre, la danse. Toutes les choses qu'on consomme.

Anya

Mais ce n'est pas nécessairement juste les arts; ça va être d'autres aspects de notre personnalité qui nous rassemblent tous ensemble. Ça peut être ta religion, tes croyances, des affaires de même. C'est aussi tes traditions.

Bénédicte

Moi, quand je pense culture, c'est la façon dont on vit parce que la culture ça peut être l'héritage et tout. Mais, il y a des personnes qui ont vécu tellement de choses dans leur vie que le passé  ne peut plus être l'héritage. Alors, la culture, c'est ce qu'on fait maintenant.

Marc-André

Même en Ontario, d'un bout à l'autre, t'as les gens du Sud qui sont différents des gens de l'Est qui sont proches du Québec puis ensuite les gens du Nord, des plus petites communautés. C'est vrai que c'est quand même dynamique.

Jasmine

Tout ceci fait partie d'une grande culture peut-être. Dans notre région, il y a des personnes qui ont des cultures spécifiques. Mais, ensemble, c'est comme une autre culture qui rassemble tout les autres.

Marc-André

La culture, on avait dit, c'est qui tu es jusqu'à un certain point, puis, ta relation avec les autres. C'est la même chose avec la langue; tu peux penser en français; pas juste parler en français. Puis, juste le fait de parler en français, de penser, puis de rêver en français, ça fait partie de ta culture, ça fait partie de qui tu es, plus que juste les mots qui sortent. Ça fait qu'il y a tout ce niveau-là qui a rapport avec la culture.


2. Existe-t-il une culture francophone ici en Ontario? – Durée : 2:27

Intervenant

Propos

Pierre

Oui, j'pense qu'il y a une culture francophone en Ontario. Ça a commencé, il y a longtemps passé, ça a descendu de génération en génération. Mais, je pense, qu'en descendant, ça s'est fait assimiler un petit peu plus,  à chaque fois. Donc, on a besoin des jeunes d'aujourd'hui qui vont prendre la relève pour la culture, puis la rendre dominante, encore, comme elle l'était auparavant.

Cécile

Oui, il existe une culture francophone en Ontario parce qu'on a notre propre façon de parler le français. On a du théâtre, on a de la musique qui est à nous. Puis, il y a différentes régions de l'Ontario qui ont différentes façons de parler le français, qui ont différentes musiques. Puis, tout en le combinant, tu peux avoir un beau mélange de variétés, de styles, d'accents puis de différentes sortes de gens, aussi.

Amir

C'est très important, je pense, d'éliminer des stéréotypes qu'on voit, surtout comme Alexandre a mentionné, uniquement comme la francophonie franco-ontarien. Tandis qu'à Étienne Brûlé, il y a les autres populations francophones d'autour du monde qui viennent. Puis, c'est toujours bien d'apprendre les autres types, disons, de francophones.

Alexandre

On a tendance à parfois penser qu'être franco-ontarien, c'est être un franco-ontarien de souche, qui est né en Ontario qui a des ancêtres franco-ontariens. Puis, je pense que c'est important de différencier les deux aspects étant francophones en Ontario et en étant franco-ontariens de souche.

Lorig

Moi, je me vois comme franco-ontarienne. Puis, je pense que si quelqu'un ne se voit pas comme une personne franco-ontarienne, s'il parle en français, s'ils vivent en Ontario même si ce n'est pas là qu'ils sont nés mais, c'est là, qu'ils vivent maintenant, je pense que ça, ça veut dire que tu es franco-ontarien. Tu vis ici, tu es francophone, tu apprécies ta culture même si ce n'est pas la culture que tu es habitué

Marc-André

Vu qu'on est une minorité, j'pense qu'il faut penser aux autres minorités. Puis, c'est pas toujours nécessairement la règle de la majorité ou la règle du plus fort. Mais, il faut quand même être capable de penser en termes de minorité; faire certain qu'on peut vivre tout ensemble. J'trouve que, quand même, c'est assez inclusif notre culture.

Alexandre 

Comme projet, j'allais peut-être suggérer que la jeunesse ou enfin les leaders, comme Amir le soulignait, de la communauté  peut-être se mettaient ensemble pour créer une charte afin de définir ce que c'est d'être francophone en Ontario.


3. Qu'est-ce que la culture francophone a de spécial? – Durée : 1:52

Intervenant

Propos

Pierre-Luc

La francophonie, c'est un gros mot qui veut dire plein de choses. Mais, pour moi, ça représente tout le dévouement puis tout qu'est-ce que les francophones dans l'histoire ont passé à travers. Puis, ça représente aussi toutes les fédérations qu'il y a comme la FESFO, puis tout ça. Puis, ça fait en sorte qu'on essaye de montrer notre francophonie puis de la mettre à un autre niveau pour montrer qu'on est un peuple unique qui s'unit.

Frédéric

J'ai été conseiller scolaire l'année passée. Puis, j'ai pu participer à plein de congrès, de réunions d'affaires. Puis, ça m'a permis de rencontrer des personnes du Manitoba, Saskatchewan, Yukon. Puis, ce qui est le « fun », c'est qu'ils sont tous francophones mais différents. On a tendance à penser qu'être francophone au Canada, c'est être Québécois. Mais c'est faux parce qu'a tous nos propres traditions, notre culture. Puis, on la vit tous à notre manière.

Innocent

Qu'est-ce que la culture francophone a de spécial?

Traoré

Ah! C'est une belle langue. C'est une très belle langue. Et puis, la culture francophone, moi, je l'adore parce que je trouve que c'est la classe.

Rose-Annie

Tu arrives quelque part, dans un milieu où tu vois tout le monde parle anglais. Et toi, tu arrives, tu parles français. Tu te distingues.

Clément

Dans ma famille, si tu perds complètement tes racines, tu te fais taper sur le bout des doigts par ta mère, par ton grand-père et par tout le monde, les oncles, les tantes.

Zoé

Je parle français à la maison, avec mes amis, des fois. On regarde des films en français, On fait des activités en français. C'est toujours à moitié, moitié-moitié.

Francabelle

Comme vous avez dit; vous mélangez les deux. Alors, une seconde je parle en français, deux secondes je parle en anglais. Puis ma mère dit : « C'est quoi ces bêtises? C'est quoi cette affaire, c'est une maladie? »

Nicolette

Moi, c'est plus difficile. Je viens d'une famille italienne. Puis, à la maison, c'est soit l'italien ou l'anglais; alors, ou des fois, français avec mes sœurs.

Marc-André

Chez nous, c'est toujours en français. On est tous francophones. Puis, je ne pense pas que ça passerait pour personne dans la famille si quelqu'un parlait en anglais.

Cécile

Dans ma famille éloignée, souvent mes tantes ont marié…leurs maris sont anglophones. Donc, des fois, c'est bizarre. Si un anglophone qui rentre, après, tu veux l'inclure. Donc, c'est drôle parce qu'il y a une salle de 15 personnes, puis on va toute changer en anglais. Mais, mes grands-parents ne parlent pas anglais beaucoup. Des fois, c'est juste difficile à juger quelle langue que tu parles. Ça vient mélangeant des fois.

Stéphane

Donc, moi, je crois qu'un des gros défis, c'est qu'il y a beaucoup, beaucoup, beaucoup plus de francophones en Ontario qu'on le croit. C'est juste qu'on ne le montre pas. On se cache et on va aller parler anglais.

Pierre-Luc

Je ressens le besoin probablement de m'engager de plus en plus en français pour des petites choses comme juste demander des services en français, mettons au McDonald, ou quelque chose comme ça. Aller dans mon coin de village ou dans ma région de Prescott-Russell, puis, faire quelques petits mouvements qui pourraient juste aider un petit peu la francophonie. Puis, si tout le monde fait ça, j'pense que ça va prendre un grand pas vers l'avant.


4. Et la construction identitaire – Durée : 2:01

Marc-André

Faut qu'on continue à prendre notre place et de pouvoir s'épanouir en français, soit à l'école soit en dehors de l'école. On est là! Faut juste se parler!

Arielle

Si tu veux amener ton point, dis-le. N'attends pas que les autres le fassent pour toi. Faut que tu prennes ta place pour qu'il y ait une communauté parce que si tu la prends pas, il y a personne qui la prend pout toi.

Rose-Annie

N'ayez pas peur d'être qui vous êtes. Soyez fiers d'être francophones. Défendez-vous le mieux que vous pouvez. S'il faut frapper du poing et dire « Je veux parler français! » parlez français!

Chloé-Lyne

Je ne me sens pas seule, du tout. La famille est minoritaire mais elle est là. Elle est grande. Il faut juste la trouver où est-ce qu'on est.

Nathalie

Moi, j'pense que notre génération a besoin de s'affirmer, de trouver la fierté culturelle comme nos générations ont fait auparavant parce qu'on commence à perdre notre place. On a besoin de la retrouver.

Mathieu

Si tu sais parler français, parle-le. Si tu as un talent, ajoutes-y quelque chose qu'on peut distinguer que tu es un francophone, que tu viens de l'Ontario, que tu es fier franco-ontarien.

Allina

Faut sortir de sa coquille pour bien communiquer, pour bien passer le français à tout l'monde.

Samantha

Pour Gisèle Lalonde, c'est le  succès de l'hôpital Montfort. Pour moi, le succès, c'est de le parler avec le monde que j'aime, de faire certain, oui, que je continue à le parler.

Stéphane

Tout simplement : parler français! Ne pas avoir peur de s'exprimer dans notre langue… Ensuite, on va s'étonner; autour de nous, il y en aura beaucoup plus qu'on le croit.

David

Vive le français!

Zacharie

Ça s'passe devant,
Alors, accélère.
T'es pas tout seul.
C'est bourré de monde.
Ici, maintenant,
T'es dans la zone.
Nan, nan, nan
T'es dans la zone.
Nan, nan, nan