Ce que vous devez savoir à propos de la Politique concernant les aliments et les boissons dans les écoles

FAQ au sujet des nouvelles normes d'alimentation pour les écoles

Q : Pourquoi le gouvernement a-t-il mis en place la Politique concernant les aliments et les boissons dans les écoles?

R : La Loi portant sur une alimentation saine pour des écoles saines a été adoptée en avril 2008. Elle vise à faire des écoles des lieux d'apprentissage plus sains pour les élèves.

Nous voulons créer un environnement où il est plus facile pour les élèves de faire des choix santé.

Cette politique constitue un pas important pour améliorer la santé des élèves. Elle renforce l'acquisition de connaissances, de compétences et d'attitudes en matière d'alimentation saine tout au long du curriculum de l'Ontario. Cette politique permettra aussi de réduire les risques pour les élèves de développer de graves maladies comme les maladies cardiovasculaires, le diabète de type 2 et certains cancers.

Q : Comment cette politique se traduit-elle pour les écoles?

R : Tous les aliments et toutes les boissons vendus dans les écoles dans le cadre d'activités scolaires doivent être conformes aux normes d'alimentation énoncées dans la Politique; cela comprend les aliments et les boissons offerts à n'importe quel point de vente (p. ex. à la cafétéria, dans les distributeurs automatiques, au comptoir à collation), dans le cadre de tous les programmes de repas (p. ex. de déjeuner) et de toutes les activités (p. ex, les ventes de pâtisseries maison, les événements sportifs).

Q : Y a-t-il des exemptions?

R : Ces normes ne s'appliquent pas aux aliments ni aux boissons qui :

  • sont offerts gratuitement aux élèves dans les écoles;
  • sont apportés de la maison ou achetés en dehors des lieux scolaires et ne sont pas destinés à la revente à l'école;
  • peuvent être achetés à l'occasion de sorties scolaires, en dehors des lieux scolaires;
  • sont en vente dans les écoles à des fins non scolaires (p. ex. mis en vente par un organisme extérieur qui se sert du gymnase après les heures d'école pour une activité non scolaire);
  • sont vendus pour des levées de fonds en dehors des lieux scolaires;
  • sont vendus dans les salles du personnel.

Q : Quand la Politique entrera-t-elle en vigueur?

R : Toutes les écoles devront se conformer à la Politique concernant les aliments et les boissons dans les écoles d'ici le 1er septembre 2011. Toutefois, les écoles sont invitées à envisager la mise en œuvre de la Politique dès que possible.

Q : Quelles sont les normes d'alimentation?

R : Les normes d'alimentation intègrent les principes d'alimentation saine du Guide alimentaire canadien et ont pour but de voir à ce que les aliments et les boissons en vente dans les écoles contribuent à la croissance et au développement sain des élèves.

Il y a trois catégories de produits alimentaires : 

Les plus sains (vendre le plus) – Ces produits sont les meilleurs choix santé. Ils contiennent généralement une plus grande quantité d'éléments nutritifs essentiels et moins de gras, de sucre et de sel. Ils doivent composer 80 % de tous les aliments proposés. Par exemple, sur dix produits vendus à la cafétéria, au moins huit doivent faire partie de la catégorie « vendre le plus ».

Sains (vendre moins) – Par rapport aux produits « vendre le plus », ces produits contiennent légèrement plus de gras, de sucre ou de sel. Ils ne peuvent représenter plus de 20 % de tous les produits alimentaires proposés.

Non permis – Ces produits contiennent habituellement peu ou pas d'éléments nutritifs ou ont une teneur plus élevée en gras, en sucre ou en sel (p. ex., les aliments frits et les sucreries). Les aliments et les boissons qui entrent dans cette catégorie ne peuvent être vendus dans les écoles.

Un menu de cafétéria typique peut grandement ressembler à un menu qui était servi avant l'introduction des normes. Par exemple, un hamburger préparé avec du bœuf haché très maigre et servi dans un pain blé entier avec de la laitue et une tranche de tomate fraîches peut constituer un produit « vendre le plus ». Toutefois, sa vente sera « non permise » s'il est préparé avec de la viande hachée ordinaire servie dans un pain blanc avec du fromage fondu.

Q : Est-ce que cette politique entraînera une augmentation du prix de la nourriture vendue à l'école?

R : Les aliments sains ne coûtent pas nécessairement plus cher.

Une étude réalisée par l'Université du Minnesota a montré qu'il n'en coûte pas nécessairement plus cher de préparer des repas plus nutritifs. L'étude a aussi montré que la préparation de repas santé dans les écoles n'entraîne pas une diminution des ventes.

Q : Est-ce que les normes d'alimentation s'appliquent aux boissons et aux aliments vendus dans le cadre d'activités de financement?

R : Tout dépend de l'endroit où se tient l'activité. Les normes d'alimentation s'appliquent aux boissons et aux aliments vendus à l'école dans le cadre d'activités scolaires, y compris les activités de financement.

Les normes d'alimentation ne s'appliquent pas aux boissons et aux aliments vendus à l'extérieur de l'école, notamment dans le cadre d'activités de financement qui se déroulent dans un centre communautaire ou par le porte-à-porte.

Q : Qu'en est-il des événements spéciaux comme les déjeuners pizza?

R : La directrice ou le directeur d'école peut, après avoir consulté le conseil d'école, désigner jusqu'à 10 journées comme des événements spéciaux au cours desquels les boissons et les aliments vendus à l'école ne seront pas soumis aux normes d'alimentation. On encourage également la directrice ou le directeur d'école à consulter ses élèves relativement à ces décisions.

Toutefois, on invite les écoles à vendre des boissons et des aliments qui sont conformes aux normes d'alimentation ou des produits non alimentaires lors de tous ces événements.

Q : Qui a été consulté pour l'élaboration de cette politique?

R : La Politique a été élaborée par le ministère de l'Éducation, en collaboration avec les ministères de la Promotion de la santé, des Services à l'enfance et à la jeunesse et de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales. Le ministère de l'Éducation a formé le comité des normes d'alimentation dans les écoles, sous-comité de sa Table de concertation sur les écoles saines, qui réunissait des représentantes et représentants des secteurs de l'éducation, de la santé et de l'industrie alimentaire, pour donner des conseils dans le cadre de l'élaboration de la Politique et des normes d'alimentation. Plus de 40 organismes et groupes ont également été consultés.

Q : Est-ce que d'autres autorités se sont dotées de politiques concernant les aliments et les boissons dans les écoles?

R : Oui, plusieurs autorités se sont dotées de politiques ou de lignes directrices, dont la plupart des provinces canadiennes. Par exemple, la Colombie-Britannique a adopté des lignes directrices obligatoires qui s'appliquent à toutes les boissons et à tous les aliments vendus aux élèves.